•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des nanodiamants pour combattre le cancer

Des nanodiamands

Photo : McCormick School of Engineering and Applied Science

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le recours aux diamants rend plus efficace un médicament contre le cancer tout en réduisant ses effets indésirables, montre une étude américaine menée sur la souris.

Des chercheurs de l'Université Northwestern ont attaché des nanodiamants de carbone aux molécules d'un anticancéreux couramment utilisé contre le cancer du sein, la doxorubicine.

Ces chercheurs ont découvert que des doses normalement mortelles de ce médicament, utilisé dans des chimiothérapies, réduisaient la taille des tumeurs cancéreuses lorsqu'elles sont combinées à ces nanodiamants.

Le Pr Dean Ho et ses collègues ont aussi observé que les molécules liées aux nanodiamants restaient 10 fois plus longtemps dans le système sanguin des souris que lorsqu'elles étaient seules, ce qui permet également à la doxorubicine d'être retenue plus longtemps dans les tumeurs.

Le taux de survie des souris traitées a augmenté et aucun effet secondaire toxique n'a été constaté sur les tissus et les organes des souris, soulignent les chercheurs.

L'équipe veut maintenant tester les nanodiamants sur de plus gros animaux.

Selon les auteurs de ces travaux publiés dans le journal Science Translational Medicine, cette découverte pourrait éventuellement permettre l'administration de plus fortes doses de médicaments aux cancéreux sans risquer d'en accroître la toxicité.

Nos résultats montrent pour la première fois l'énorme potentiel des nanodiamants pour améliorer de manière importante l'efficacité des traitements des cancers résistants à la chimiothérapie tout en les rendant plus sûrs.

Une citation de :Pr Dean Ho

D'autres recherches avaient précédemment montré que les nanodiamants pouvaient facilement circuler à travers le corps et les membranes cellulaires, rendant la libération des anticancéreux plus performante.

La résistance à la chimiothérapie est responsable de l'échec des traitements dans plus de 90 % des cancers métastatiques.

Le saviez-vous?

Ces nanodiamants de carbone mesurent environ de 2 à 8 nanomètres de diamètre (1 nanomètre équivaut à un milliardième de mètre), et chacun a une surface qui permet à des composants de s'y attacher, y compris des agents de chimiothérapie.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !