•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Squat Basse-Ville est sauvé dans le quartier Saint-Roch

Squat Basse-Ville

Squat Basse-Ville

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un nouvel édifice sera construit dans le quartier Saint-Roch pour accueillir l'organisme Squat Basse-Ville, qui vient en aide aux jeunes fugueurs.

Les travaux devraient s'amorcer à la fin du mois de mars prochain, à l'angle des rues Notre-Dame-des-Anges et Saint-Anselme, où se trouve présentement un stationnement.

Rappelons que l'organisme était menacé de fermeture, car ses locaux situés dans le presbytère Saint-Roch ne répondaient plus aux normes de la Régie du bâtiment. Un ultimatum de deux semaines avait été lancé en février dernier.

En ayant davantage d'espace, l'organisme pourra désormais offrir plus de services et de confort aux jeunes. « Ce sera des chambres individuelles. Il va y avoir aussi une salle de jeux et une salle pour des rencontres avec les parents. Le travailleur de rue va aussi avoir son bureau », indique la directrice générale du Squat Basse-Ville, Louise Fortin.

De son côté, la conseillère municipale du quartier, Chantal Gilbert, se réjouit de l'annonce. « C'est une excellente nouvelle. Ça fait longtemps qu'il devait déménager. C'est un beau dénouement », dit-elle.

En plus de locaux plus spacieux pour le Squat Basse-Ville, l'édifice de quatre étages abritera aussi 16 logements sociaux destinés aux jeunes de 18 à 25 ans.

« Ce sont des jeunes qui viennent surtout des centres jeunesse. La rue est devenue un peu comme leur seconde maison. Ce sont ces jeunes-là que nous essayons de récupérer », explique Louise Fortin.

L'ouverture du nouveau centre évalué à 1,8 million de dollars est prévue pour le mois de novembre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Régional