•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pêcheurs contestent l'évaluation des stocks de crabe

Crabes
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'évaluation des stocks de crabe dans le sud du golfe du Saint-Laurent fait l'objet de vives critiques par certains groupes de pêcheurs.

La question est débattue lors d'une réunion entre l'industrie et le ministère des Pêches et des Océans du Canada, qui se déroule mardi à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Les pêcheurs sont toujours frustrés par la décision du ministère de réduire le quota de crabe de 63 % l'année dernière. Ils jugent que cette diminution était injustifiée.

Un représentant de pêcheurs de crabe, Robert Haché, a longuement exposé pourquoi, selon lui, cette décision a été prise en se basant sur des données scientifiques erronées. Il dit qu'il espère qu'Ottawa aura compris le message cette fois-ci.

« Ce qu'on espère, c'est politiquement, d'ici à l'annonce du plan de pêche, qu'il va y avoir suffisamment de personnes de bonne volonté qui vont s'asseoir, qui vont regarder ça et qui vont dire qu'on va arrêter de jouer au fou. On est confiant », affirme M. Haché.

Il arrive souvent que des groupes de pêcheurs ne croient pas les prévisions scientifiques du ministère des Pêches et des Océans, mais cette fois-ci les pêcheurs y sont allés à fond. Certains ont qualifié la situation de fumisterie, d'autres ont carrément mis en question le mode de gestion des pêches.

L'évaluation scientifique est quand même plus encourageante pour les pêcheurs. Les scientifiques estiment que le stock de crabe dans le sud du golfe du Saint-Laurent a augmenté de 17 % comparativement à l'année dernière.

Quant au prochain quota, chaque groupe participant à la pêche au crabe dans ce secteur va présenter ses demandes au ministère. Ce dernier soumettra ensuite des recommandations à la ministre des Pêches et des Océans, Gail Shea, qui rendra sa décision dans quelques semaines.

L'an dernier, le quota s'élevait à 7700 tonnes. Il s'élevait à 36 000 tonnes il y a cinq ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie