•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les passerelles de la dune de Bouctouche ne seront pas réparées

Dune de Bouctouche

Les dégâts causés par la tempête de décembre 2010.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entreprise Irving n'entend pas pour le moment reconstruire les passerelles de l'Éco-Centre de la dune Bouctouche, au Nouveau-Brunswick, qui ont été lourdement endommagées lors d'une violente tempête.

Le 23 décembre dernier, la mer déchaînée a emporté environ 1200 mètres de passerelles, ce qui représente plus de la moitié du sentier qui longe la dune. Le coût des réparations avait alors été estimé à près de 200 000 $.

Aldéo Saulnier, le maire de Bouctouche, affirme qu'Irving lui a confirmé que l'Éco-Centre sera ouvert à temps pour la prochaine saison touristique, mais qu'il n'est pas question pour l'instant de reconstruire les passerelles. L'entreprise effectuera plutôt des travaux mineurs qui devraient assurer la sécurité des visiteurs. « Ce ne sera pas la passerelle exactement comme elle était auparavant », indique Aldéo Saulnier.

L'inquiétude gagne des entreprises touristiques

« L'Éco-Centre Irving est un bijou, pas simplement pour Bouctouche. C'est un bijou pour la province entière », affirme Raymond Drennan, propriétaire d'une auberge à Bouctouche.

Raymond Drennan précise que 80 % de sa clientèle visite la région spécifiquement pour l'Éco-Centre Irving. Il craint que l'absence de réparation des passerelles nuise à l'achalandage touristique.

« C'était dans les journaux et dans les médias que la dune de Bouctouche était endommagée par la grande tempête », rappelle M. Drennan.

La collectivité pourrait prendre la relève

Raymond Drennan reconnaît que l'entreprise Irving a beaucoup appuyé la région en participant financièrement à de nombreux projets. Il croit qu'il est grand temps que la collectivité contribue au financement de l'Éco-Centre. Il suggère que les gens, la municipalité et le gouvernement provincial fassent cet effort.

Le maire Saulnier se dit réceptif à un partenariat pourvu qu'il y ait une participation des autres paliers de gouvernement. « On serait prêt à discuter financièrement, ce que la municipalité pourrait jouer comme rôle », dit-il.

Quoi qu'il en soit, l'Éco-Centre Irving devrait ouvrir ses portes au printemps, mais les touristes seront-ils au rendez-vous?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie