•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vent de colère contre un projet de parc éolien en Montérégie

Manifestation contre un projet de parc éolien à Saint-Valentin, en Montérégie
Radio-Canada

Des dizaines de personnes, dont plusieurs agriculteurs, se sont rassemblées samedi à Saint-Valentin, en Montérégie, pour manifester contre un projet de parc éolien dans la municipalité.

Les manifestants répondaient à l'appel lancé par le Comité Don Quichotte, qui mène la charge contre le projet.

Parmi les manifestants, on retrouvait des résidents de Saint-Valentin, mais aussi des résidents des villages des environs. Le maire de Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix, Gérald Dutil, était aussi présent pour s'opposer à un autre projet de parc éolien dans sa municipalité.

En tout, sept municipalités de la MRC du Haut-Richelieu sont opposées au projet de Saint-Valentin.

Les manifestants disent que l'implantation du parc éolien et de la ligne de transmission va rendre inutilisable une bonne partie des meilleures terres agricoles de la province.

« On est dans une région avec des terres de très haute qualité. Le projet de Québec a été mis sur pied pour des régions défavorables. Ici, on a une très bonne économie agricole. On trouve que ça ne peut que nuire à notre économie », a indiqué Astrid Ammerlaan, présidente du Comité Don Quichotte.

La population de Saint-Valentin reste toutefois très divisée concernant le projet. Des résidents en faveur du projet plaident notamment que les éoliennes, en plus d'être efficaces, sont écologiques.

La compagnie TransAlta entend construire 21 éoliennes à Saint-Valentin et 4 autres à Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix. Pour raccorder les éoliennes au réseau, Hydro-Québec prévoit construire une ligne de haute tension de 7 kilomètres.

Le projet de Saint-Valentin devrait rapporter des retombées économiques de deux millions de dollars au village et à certains de ses habitants qui ont accepté qu'une éolienne soit érigée sur leur terrain.

Les audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) concernant le projet débutent mardi.

D'après un reportage d'Émilie Dubreuil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Énergies renouvelables