•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusations de procédé frauduleux en immigration

Immigration

Immigration (archives)

Photo : Immigration

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Gendarmerie royale du Canada a porté 53 accusations contre le Néo-Écossais Hassan Al-Awaid, qui est soupçonné d'avoir commis des fraudes en matière de citoyenneté et d'immigration.

Selon les policiers, l'accusé a donné des conseils à des candidats afin qu'ils obtiennent leur statut de résident permanent ou leur citoyenneté canadienne par des moyens frauduleux.

Hassan Al-Awaid doit répondre à 22 accusations d'incitation à de fausses présentations, à 22 accusations de présentations erronées et à 9 accusations de fausses déclarations.

Il n'a pas comparu en cour à Halifax vendredi matin, comme cela était prévu. Le procureur de la Couronne, Tim McLaughlin, a indiqué qu'en raison de la quantité de documents mis en cause, il pourrait s'écouler des mois avant qu'Al-Awaid réponde aux accusations portées contre lui.

M. Al-Awaid, 57 ans, habite à Bedford, en Nouvelle-Écosse. S'il est reconnu coupable, il est passible d'une amende et d'une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans.

La citoyenneté de 1100 personnes est en jeu

L'enquête de la GRC porte sur 1100 dossiers de résidence permanente et de citoyenneté potentiellement frauduleux. Jon Stone, directeur des communications chez Citoyenneté et Immigration Canada, affirme que les personnes dont il est question n'obtiendront pas la citoyenneté canadienne s'il est prouvé qu'il y a eu une fraude dans leur cas ou s'ils ne répondaient pas aux critères établis.

Le ministre de l'Immigration, Jason Kenney, a déclaré par voie de communiqué que le gouvernement fédéral utilisera tous les recours judiciaires pour retrouver les immigrants qui ont obtenu leur citoyenneté avec de faux papiers. Si les preuves sont suffisantes, leur citoyenneté sera révoquée.

En commentant le cas de M. Al-Awaid, le ministre Kenney a affirmé que la citoyenneté canadienne ne peut être achetée ni vendue par des consultants malhonnêtes.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Acadie