•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse doit compter sur ses propres moyens

Yarmouth

(archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre du Développement rural, Percy Paris, refuse d'investir 100 000 $ dans l'industrie touristique du sud-ouest de la province. Il préfère attendre la création d'une agence de développement régional.

Le refus du ministre a déçu le préfet de la municipalité d'Argyle, Aldric d'Entremont. « On espérait avoir cet argent-là pour s'organiser. Il faudra le faire de quelque autre façon », dit-il.

Selon le député progressiste-conservateur d'Argyle, Chris d'Entremont, un groupe de travail bénévole explore déjà d'autres avenues pour relancer l'économie. Il indique qu'il s'agit d'essayer d'appuyer des projets de l'association touristique de Yarmouth et de la côte acadienne. « Peut-être que l'on pourra faire des choses », espère-t-il.

Pour sa part, Zach Churchill, député libéral de Yarmouth, affirme que le ministre Paris a raté une belle occasion d'arrêter l'hémorragie économique engendrée par les décisions de son gouvernement. Il soutient que le gouvernement investit des millions de dollars dans des bastions néo-démocrates en négligeant des régions qui ont vraiment besoin d'aide, comme celle de Yarmouth.

Maintenant que l'espoir a disparu, ajoute Zach Churchill, le sud-ouest relèvera ses manches pour sortir de cette crise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie