•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premiers résultats prometteurs d'une nouvelle méthode de chasse au phoque

Un chasseur de phoque
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un chercheur à l'Île-du-Prince-Édouard conclut que les armes à feu de petit calibre sont plus efficaces que le gourdin pour chasser le phoque gris sur la terre ferme.

Pierre-Yves Daoust, professeur au Collège vétérinaire de l'Atlantique, a mis à l'essai une carabine de petit calibre lors de la chasse annuelle au phoque qui vient de se dérouler sur l'île Hay, au large du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.

« Environ 90 % des animaux ont pu être abattus avec une seule balle », indique M. Daoust

Le chercheur croit qu'il est possible d'augmenter ce taux. Il ajoute que cette démarche scientifique est loin d'être terminée.

« Il faudrait répéter ce genre de travail durant un bon nombre d'années pour me convaincre moi-même que cette munition est adéquate et pour convaincre les gestionnaires de Pêches et Océans Canada », explique M. Daoust.

À l'heure actuelle, la loi permet deux méthodes pour l'abattage de phoques : la carabine de gros calibre et le gourdin, aussi appelé « hakapik ».

La chasse au phoque gris sur l'île Hay se pratique sur la terre ferme. À cause des risques de ricochet sur les rochers, il est hors de question d'utiliser une arme à feu de fort calibre. Les chasseurs utilisent donc le gourdin, mais comme le crâne du phoque gris est particulièrement épais, il faut souvent deux ou trois coups pour l'abattre.

Pierre-Yves Daoust souligne que les résultats de ses tests ne sont valides que pour la chasse au phoque gris sur la terre ferme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie