•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Claude Patry sera candidat pour le NPD dans Jonquière-Alma

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ex-président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Claude Patry, représentera le Nouveau Parti démocratique (NPD) dans Jonquière-Alma aux prochaines élections fédérales.

Claude Patry, candidat du NPD dans Jonquière-AlmaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Claude Patry, candidat du NPD dans Jonquière-Alma

M. Patry était accompagné du chef adjoint du NPD, Thomas Mulcair, pour faire l'annonce de sa candidature. Il affrontera le ministre des Anciens Combattants, Jean-Pierre Blackburn.

À 58 ans, le syndicaliste effectue un retour sur la scène publique. Lorsqu'il était président du SNEAA, il a participé entre autres au développement du projet de l'usine AP-50 avec Alcan.

Claude Patry se décrit comme un homme direct, qui dit ce qu'il pense. « Je vais être sur le plancher et je vais aller voir les gens, affirme-t-il. Je suis un gars de la base, je suis allé à l'université de la vie. »

Le candidat du NPD promet une campagne propre. Il n'a que des bons mots pour Jean-Pierre Blackburn, mais dans son esprit, le politicien n'a rien fait, surtout dans l'industrie forestière au Lac-Saint-Jean. « Il va me trouver tannant. S'il pense que c'est gagné, ils vont travailler très dur parce que moi je suis comme un pitbull, je mords le bas de culottes et je ne lâche pas », déclare Claude Patry.

M. Patry n'a pas considéré la possibilité de se présenter pour le Bloc québécois. En entrevue à Radio-Canada, il a déclaré avoir tourné la page parce que la population a clairement indiqué, selon lui, qu'elle ne souhaite pas l'indépendance du Québec.

Bientôt des élections

De son côté, le chef adjoint du NPD mentionne qu'il y a peu de chances que le NPD appuie le gouvernement conservateur lors du vote sur le budget fédéral le 22 mars. « Il se peut fort bien qu'on soit en campagne électorale d'ici quelques semaines, précise-t-il. Les conservateurs, il y a très peu de chances qu'ils changent leur fusil d'épaule d'ici le budget. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Régional