•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Aucun espoir pour l'usine d'Electrolux

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a appris qu'il n'y a plus aucun espoir de sauver les 1300 emplois à l'usine d'Electrolux de L'Assomption, dans Lanaudière.

Lundi, les représentants de la FTQ et d'Investissement Québec ont rencontré sans succès le président-directeur général de l'entreprise suédoise, Steve McLaughlin.

Ce dernier aurait refusé catégoriquement toutes les solutions avancées par la FTQ et son président, Michel Arsenault, dont le transfert d'une filiale d'Electrolux dans l'usine de L'Assomption pour poursuivre une production autre que celle qui y est faite actuellement.

Electrolux affirme que les coûts de transport sont trop élevés au Québec et qu'elle a reçu de généreuses subventions de l'État du Tennessee, ce qui explique la décision de déménager la production aux États-Unis.

Le transfert des activités vers le Tennessee doit commencer dans 18 mois. L'usine de L'Assomption fermera dans trois ans.

Toutefois, M. McLaughlin a pris l'engagement de renflouer la caisse de retraite des employés de l'usine de L'Assomption, déficitaire de 10 millions de dollars, pour que tous les travailleurs aient leur juste part.

Lors de la rencontre, Jacques Daoust, PDG d'Investissement Québec, aurait vivement critiqué l'attitude d'Electrolux dans ce dossier, affirmant que l'entreprise n'a donné aucune chance au gouvernement du Québec pour sauver les emplois.

Par ailleurs, Investissement Québec réclame le remboursement des 2,5 millions de dollars d'aide financière versés à Electrolux parce que l'octroi de cette somme à l'entreprise était conditionnel au maintien des emplois au Québec.

Les négociations entre Electrolux et Québec se poursuivent à ce sujet.

À la mi-décembre, Electrolux avait annoncé que sa production d'électroménagers allait être transférée d'ici 2013 dans une nouvelle usine construite à Memphis, aux États-Unis.

Avec le reportage de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !