•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tabagisme augmente les risques de cancer du sein chez les ménopausées

Femme qui fume

Les femmes qui fument ou ont fumé ont plus de chance de développer un cancer du sein.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les femmes ménopausées qui fument ou ont fumé ont plus de risque d'être atteintes d'un cancer du sein, tandis que les gens inactifs ont plus de risque de développer un cancer de l'intestin.

Selon une étude qui sera publiée en ligne mercredi par le British Medical Journal, les femmes ménopausées qui fument ou ont déjà fumé ont 16 % plus de chances de développer un cancer du sein que celles qui n'ont jamais fumé. Les risques sont également accrus pour les femmes fortement exposées à la fumée secondaire à un moment de leur vie.

L'étude a été réalisée auprès de quelque 80 000 femmes âgées de 50 à 79 ans, qui ont été suivies pendant 10 ans.

Bouger pour rester en santé

Au même moment, une étude publiée dans le British Journal of Cancer et compilée à partir des résultats de 20 travaux de recherche indique que les gens très actifs ont jusqu'à trois fois moins de chance de développer des polypes intestinaux, dont certains types peuvent se transformer en cancer du côlon.

« Cela fait longtemps que nous savons qu'un style de vie actif peut protéger contre le cancer de l'intestin, mais cette étude est la première à montrer qu'une réduction du nombre des polypes intestinaux est l'explication la plus plausible », a souligné la Dre Kathleen Wolin de l'Université Washington à Saint Louis, au Missouri.

« L'exercice a de nombreux bienfaits : stimuler le système immunitaire, réduire l'inflammation dans l'intestin et aider à réduire les niveaux d'insuline, tous des facteurs qui sont susceptibles d'avoir un impact sur le risque de développer des polypes », a ajouté la Dre Wolin, principale chercheuse de l'étude.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !