•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles révélations sur l'utilisation de l'agent orange en Ontario

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Ontario demande à Ottawa de coordonner une réponse nationale sur l'utilisation de l'agent orange au pays.

Le gouvernement ontarien reconnaît maintenant que des fermiers et certaines villes ont employé le défoliant toxique.

Les agriculteurs utilisaient l'agent orange pour contrôler la végétation le long des clôtures, à proximité des terres cultivables et des élevages de bétails. Le ministère de l'Agriculture s'en servait quant à lui dans ses stations de recherche. De leur côté, les municipalités en ont épandu dans les parcs.

Ces révélations s'ajoutent à celles selon lesquelles l'agent orange a été utilisé par Ontario Hydro (devenue Hydro One) pour dégager les corridors de lignes électriques, par le ministère des Transports de l'Ontario pour contrôler la végétation en bordure des routes, de même que par le Department of Lands and Forests (devenu le ministère des Richesses naturelles) et des entreprises forestières dans la forêt boréale.

La ministre des Richesses naturelles, Linda Jeffreys, indique que l'hygiéniste en chef de l'Ontario va se pencher sur les questions de santé publique.

Possible recours collectif

Pendant ce temps, les travailleurs qui ont été exposés à l'agent chimique commencent à s'organiser et parlent même d'intenter un recours collectif.

Un de ces travailleurs, Roger Robitaille, veut que l'Ontario indemnise « tous les gens qui se sont fait mentir » sans qu'ils soient informés des substances utilisées.

M. Robitaille a aspergé des milliers de litres d'agent orange le long des routes de l'Ontario dans les années 70. Ses vêtements imbibés se retrouvaient dans la lessive familiale. Il souligne que sa femme a fait trois fausses couches. Lui-même éprouve aujourd'hui plusieurs problèmes de santé qui pourraient éventuellement être liés à sa manipulation de l'agent orange.

Le gouvernement a mis en place deux lignes sans frais pour recueillir les plaintes et les demandes de compensations du public. Jusqu'à maintenant plus de 300 appels ont été reçus.

L'agent orange a été épandu à la Base des Forces canadiennes Gagetown, au Nouveau-Brunswick, durant les années 60. Un programme d'indemnisation, mis sur pied par Ottawa, a été étendu aux veuves d'ex-militaires en décembre.

L'agent orange est un mélange d'acide 2,4,5-trichlorophénoxyacétique 2,4,5-T et d'acide 2,4-dichlorophénoxyacétique. Il a été utilisé massivement par l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam pour clairsemer la végétation de la jungle. Des études ont démontré que ce défoliant peut causer certains types de cancer ou le diabète de type 2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario