•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pédiatres dénoncent l'usage abusif de médicaments contre la fièvre

Un garçon se fait prendre sa température

Un garçon se fait prendre sa température.

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

L'Académie américaine de pédiatrie dénonce le penchant de plusieurs parents à recourir aux médicaments en vente libre au moindre signe de fièvre chez leurs enfants.

« La fièvre cause beaucoup d'anxiété chez les parents. C'est une des principales raisons pour lesquelles les gens amènent leur enfant chez le médecin », note le Dr Henry Farrar, coauteur de l'article paru dans la revue médicale Pediatrics, et pédiatre à l'Hôpital pour enfants de l'Arkansas.

Pas de panique

Les parents devraient s'attarder au confort de leur enfant et non à maintenir sa température sous un niveau donné.

La plupart des fièvres infantiles sont d'origine virale et disparaissent d'elles-mêmes, sans causer de dégâts. Rien n'indique qu'une fièvre qui n'est pas traitée puisse causer des convulsions ou des dommages cérébraux chez les enfants de plus de trois mois, selon le groupe de pédiatres.

La fièvre n'est pas une maladie, mais bien un mécanisme de défense contre les infections.

Elle peut ralentir le développement des virus et des bactéries et favorise la production de cellules du système immunitaire.

Pourtant, plusieurs parents administrent un antipyrétique (Tylenol, Advil, Aspirine, etc.) à leur enfant au moindre signe de fièvre, alors qu'ils ne devraient servir qu'à soulager un inconfort.

Quelque 85 % d'entre eux réveilleraient même leur enfant pour lui administrer un médicament. Une erreur, selon le Dr Farrar. « S'ils dorment, laissez-les dormir », lance-t-il.

La fièvre est définie par une température corporelle égale ou supérieure à 38 °C, ce qu'ignorent la moitié des parents sondés.

Les auteurs de l'article s'abstiennent d'avancer une température précise à partir de laquelle un enfant devrait consulter un médecin. Il est impossible de déterminer la gravité d'une infection par l'intensité de la fièvre qu'elle entraîne, assure le Dr Farrar.

L'ensemble des symptômes subis par l'enfant est un meilleur indice de sa condition. Un manque d'appétit, un état léthargique ou un tempérament irritable sont tous des signes de maladie auxquels les parents devraient s'attarder.

Des exceptions

Bien que la fièvre seule ne constitue pas une raison suffisante pour encombrer les urgences, il existe des exceptions. Les nourrissons de moins de trois mois dont la température corporelle dépasse 38 °C doivent être examinés par un médecin, car les bébés cet âge peuvent être très malades sans en montrer de signes évidents.

Les enfants victimes d'un coup de chaleur, caractérisé par une fièvre de plus de 40 °C et un pouls rapide, doivent également consulter un médecin.

Avec les informations de Associated Press, et NPR

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Santé