•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles manifestations secouent le sultanat d'Oman

Quelque 700 personnes ont bloqué l'entrée du port de Sohar, deuxième en importance du sultanat d'Oman (28 février 2011)

Quelque 700 personnes ont bloqué l'entrée du port de Sohar, deuxième en importance du sultanat d'Oman (28 février 2011)

Photo : AFP / Karim Sahib

Radio-Canada

De violents affrontements entre la police et des manifestants ont éclaté dans la ville portuaire de Sohar, située à 200 km de la capitale d'Oman, Mascate. Les protestataires ont bloqué l'accès au port, deuxième en importance du pays, pour dénoncer la corruption du régime.

Les manifestants, qui revendiquaient jusqu'alors une amélioration des conditions d'emploi, ont attaqué lundi le régime du sultan Qabous Ben Saïd, au pouvoir depuis 40 ans et pourtant considéré comme un souverain modéré et attentif aux préoccupations de la population.

Les manifestants scandaient des slogans exigeant que les ministres accusés de corruption soient jugés et limogés. Ils réclamaient aussi l'abolition d'impôts et de taxes.

Seul un hélicoptère a survolé les manifestations, les policiers étant absents des lieux. Les protestataires ont formé des « comités populaires » pour organiser le ravitaillement et la protection des manifestants, annonçant leur intention de poursuivre leur action jusqu'à « la satisfaction de leurs demandes ».

C'est le troisième jour de tension dans cette ville industrielle de 50 000 habitants, où se trouve une importante raffinerie.

Dimanche, un manifestant a été tué au cours d'une attaque contre un poste de police, selon le gouvernement. Une source anonyme des services de sécurité a toutefois signalé à l'Agence France-Presse la mort de deux personnes. Cinq autres auraient été blessées.

Samedi, le sultan Qabous a annoncé des mesures sociales pour apaiser les tensions dans le pays. Il a ordonné le versement d'allocations mensuelles de 150 rials (390 $) à tout chômeur inscrit, et la création de 50 000 emplois.

Le sultan a aussi donné l'ordre de créer un comité ministériel accordant plus de pouvoirs au conseil consultatif de 83 membres, chargé de conseiller le gouvernement sur les questions sociales et économiques.

La contestation sociale a commencé dans le sultanat à la mi-janvier. Quelque 200 personnes ont manifesté pour demander des emplois et des prestations sociales. Le chômage touche majoritairement les jeunes Omanais, pourtant fortement scolarisés.

Le sultanat d'Oman

Oman est un pays pétrolier du golfe Persique, dirigé depuis 1970 par le sultan Qabous Ben Saïd. Il occupe une position stratégique à l'embouchure du Golfe et contrôle la sécurité du détroit d'Ormuz, par où transite 40 % du pétrole exporté par voie maritime dans le monde.

Le sultanat d'Oman, qui n'est pas membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), produit 800 000 barils de pétrole par jour. Ne disposant que de 5,5 milliards de barils de réserves prouvées, le pays veut diversifier son économie. Le sultanat possède aussi des réserves gazières.

Selon le rapport 2010 de l'ONU sur le développement humain, le sultanat d'Oman est le pays ayant fait le plus de progrès depuis 1970, notamment dans les domaines de l'éducation et de la santé, parmi les 135 pays du monde recensés.

Population : 2,9 millions d'habitants, dont 20 % d'étrangers
PIB : 16 207 $ par habitant en 2009 (selon la Banque mondiale)

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International