•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des aigles meurent de faim en Colombie-Britannique

pygargue

Photo : Charlie Neibergall

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La montaison du saumon kéta n'a pas été suffisante dans les rivières de la Colombie-Britannique, et les pygargues à tête blanche manquent de nourriture.

Les biologistes animaliers de l'île de Vancouver rapportent de plus en plus d'aigles morts de faim.

Plusieurs de ces magnifiques oiseaux ont été aperçus en état de faiblesse avancée. Ils heurtaient des obstacles lors de leurs déplacements.

Dans la vallée de Comox, sur l'île de Vancouver, des résidents ont rapporté avoir vu des aigles qui tombaient du ciel. L'un d'entre eux a même percuté un toit de maison.

Rendez-vous manqué

Chaque année, les saumons kéta quittent l'eau salée pour se reproduire et mourir dans les rivières de la province. Leurs carcasses sont ensuite dévorées par les pygargues à tête blanche, qui passent l'automne et l'hiver en Amérique du Nord. Mais cette année, les vivres manquent.

David Hancock, biologiste de la faune, explique que les aigles n'arrivent pas à se nourrir correctement. Ils ont froid et ils perdent du poids. Lorsqu'ils sont trop faibles pour voler ou pour rester sur les branches des arbres, ils tombent et meurent. Un aigle qui ne vole pas, dit-il, est un aigle mort.

D'autres se nourrissent dans les décharges publiques où les déchets peuvent être contaminés par des produits chimiques. À Delta, les biologistes ont recensé 1 400 aigles sur le site de la décharge, soit trois fois plus que d'habitude.

Des aigles dans la vallée du Fraser

Les pygargues à tête blanche ont dû se déplacer, cet hiver, pour trouver de la nourriture. Plusieurs oiseaux sont allés plus au sud, vers les Etats-Unis. D'autres se sont enfoncés vers l'est dans la vallée du Fraser, au grand plaisir des observateurs d'oiseaux.

Julie Mackie, biologiste à l'Association North Island Wildlife Recovery, a indiqué que les rapaces devraient pouvoir trouver de la nourriture au cours des prochaines semaines.

Des milliers de harengs sont en effet attendus le long des côtes de la province en mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !