•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington veut rassurer le gouvernement de Bahreïn

Radio-Canada

Tandis que des manifestants sont toujours réunis dans le centre de la Manama pour exiger le départ de la famille royale au pouvoir, le plus haut gradé américain, l'amiral Mike Mullen, est arrivé jeudi à Bahreïn.

Le petit État du golfe Arabo-Persique est un allié important des États-Unis, qui y disposent d'une importante flotte aéronavale.

Depuis dimanche, le chef d'état-major interarmées est en tournée dans le golfe Arabo-Persique afin de rassurer les alliés des États-Unis, au moment où plusieurs pays de la région sont aux prises avec d'importants soulèvements populaires.

Les manifestants étaient toujours rassemblés dans le centre de Manama le 24 février.

Les manifestants étaient toujours rassemblés dans le centre de Manama le 24 février.

Photo : AFP / Joseph Eid

Bahreïn est secoué par une révolte populaire depuis la mi-février. La majorité chiite s'oppose à la dynastie sunnite, au pouvoir depuis plus de 200 ans. Sept personnes ont été tuées et des centaines d'autres ont été blessés.

Le leader chiite radical retenu au Liban

Pendant ce temps, le leader du mouvement radical chiite bahreïni Hak, qui souhaitait retourner à Bahreïn après son exil à Londres, est retenu au Liban, selon une source judiciaire à Beyrouth.

Hassan Mouchaïmaa, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour son implication dans les préparatifs en vue d'un coup d'État contre la famille royale, s'est vu confisquer son passeport durant son escale à Beyrouth.

Mardi, le gouvernement bahreïni a libéré les présumés comploteurs emprisonnés et laissé entendre que les poursuites contre eux pourraient être abandonnées. Selon la même source libanaise citée par Reuters, les autorités libanaises vérifieraient donc s'il y a lieu de laisser Mouchaïmaa revenir dans son pays.

La libération des détenus politiques était l'une des revendications principales des manifestants à Bahreïn, qui n'ont pas cessé de protester pour autant.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Constitution

International