•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Caisse enregistre un rendement de 13,6 %

Michael Sabia

Michael Sabia discute des résultats financiers de la Caisse, le 24 février 2011.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDP) annonce un rendement de 13,6 % en 2010 dans son rapport annuel. En 2009, le rendement avait été de 10 %.

L'actif net de la Caisse se situait à 151,7 milliards à la fin de l'année 2010, comparativement à 131,6 milliards au 31 décembre 2009. Il se rapproche ainsi à 3,7 milliards du sommet de 155,4 milliards atteint en 2007 avant l'éclatement de la crise financière.

La Caisse attribue cette croissance à des résultats de placement nets de 17,7 milliards, auxquels s'ajoutent des dépôts nets de 2,4 milliards.

Des onze portefeuilles gérés activement par la Caisse, seulement deux ont connu un rendement inférieur à leur indice de référence, dont le portefeuille d'actions canadiennes. Son rendement de 15,7 % est inférieur au rendement de 17,6 % réalisé par l'indice de référence. M. Sabia l'explique par le fait que l'institution se concentre sur les grandes entreprises, alors que ce sont les petites sociétés canadiennes qui ont le mieux performé l'an dernier.

Comment la Caisse mesure-t-elle sa performance?

L'institution financière mesure sa performance en se basant sur un indice de référence qui reflète les performances des autres investisseurs. Cet indice « reflète la tendance générale du marché et permet de comparer le résultat de la gestion de portefeuille effectuée par la Caisse dans chaque portefeuille spécialisé ou mandat de gestion », note la Caisse.

Toutefois, celle-ci utilisait l'indice RBC Dexia lors des précédentes années. RBC Dexia affiche en 2010 en rendement de 10,4 %.

Dans une année marquée par la turbulence, une crise de la dette souveraine en Europe et des craintes d'un ralentissement économique aux États-Unis, la Caisse a produit des résultats solides sur plusieurs plans.

Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse

Ses résultats pour les six premiers mois de l'an passé, rendus publics en août dernier, faisaient état d'un rendement supérieur aux attentes des analystes.

De janvier à juin 2010, l'avoir de la Caisse s'est apprécié de 2,3 % comparativement à un recul de près de 4 % du TSX à la Bourse de Toronto. D'ailleurs, pour les six mois suivants, l'indice TSX a progressé de plus de 19 %.

En 2009, la CDP affichait une appréciation de 10 % de ses actifs. Une année plus tôt, en 2008, la Caisse dévoilait une perte de 25 %, soit 39,8 milliards de dollars, sa pire performance.

Au début du mois, la CDP a annoncé vouloir augmenter sa participation dans Gaz Métro. À l'automne dernier, la Caisse a aussi acheté une participation dans SNC-Lavalin.

D'autres achats et ventes

Lors du dernier trimestre de l'an dernier, la Caisse s'est départie de ses actions de Rogers Communications et de la Financière Manuvie, d'après des rapports déposés auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis. Cependant, elle a investi dans le distributeur de gaz naturel Enbridge, la Banque Toronto-Dominion et General Motors.

Réaction de Québec

Le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, s'est réjoui des progrès accomplis par la Caisse au cours de la dernière année.

« À terme, c'est beaucoup plus sage de réduire le niveau de risque de la Caisse. La Caisse a aussi emprunté huit milliards à long terme sur les marchés, ce qui a aussi réduit son niveau de risque en faisant un meilleur appariement de sa dette, ce qui n'était pas le cas avant », a estimé le ministre.

Du côté du Parti québécois, le critique en matière de développement économique, Jean-Martin Aussant, a lui aussi salué le bon rendement affiché par la Caisse. Il rappelle par contre qu'en excluant les nouveaux dépôts, l'écart entre l'actif net actuel de la Caisse et celui de 2007 n'est pas de 3,7 milliards, mais bien de plus de 10 milliards.

Pour M. Aussant, la Caisse doit revoir son mandat qui est responsable, selon lui, de la perte historique de 2008. Le mandat de la Caisse a été révisé en 2004, sous le gouvernement Charest.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie