•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un observatoire centralisé pour épingler les punaises de lit

Un lit

Photo : Istock

Radio-Canada

La Ville de Montréal a adopté une résolution visant la mise sur pied d'un observatoire centralisé sur les punaises de lit. Ce comité aura pour tâche de dresser une carte des cas d'infestation, en collaboration avec les exterminateurs et la direction de la Santé publique.

La Ville va aussi lancer une grande campagne d'information à l'intention des propriétaires et des locataires pour leur dire quoi faire en cas d'infestation, comment se protéger et qui contacter. Le plan d'action sera lancé dans quelques semaines, selon la Ville.

« On va travailler à changer la façon de traiter le problème des punaises de lit. C'est une responsabilité pas seulement de la Ville de Montréal, mais aussi la responsabilité gouvernementale qui va mettre en place un plan d'action. Bientôt, on va sortir ce plan », confirme Michael Applebaum, responsable des services aux citoyens au comité exécutif.

Le ministère de la Santé et la Ville de Montréal ne sont toutefois pas en mesure de préciser si des fonds vont être débloqués pour lutter contre les punaises de lit comme l'Ontario l'a fait en investissant 5 millions de dollars.

Selon l'épidémiologiste à la Santé publique de Montréal, Norman King, il faut s'attaquer aux punaises de lit sans tarder. « Il y a cinq ans, New York était peut-être rendu où nous sommes maintenant. Le problème a continué de progresser, d'où l'importance de mieux documenter le problème pour vouloir l'éliminer », affirme-t-il.

Un phénomène en croissance avec le retour des beaux jours

L'exterminateur Steve Lemieux s'attend à une recrudescence des punaises de lit après la période hivernale qui est moins propice à la reproduction du parasite.

« Avec le printemps, on va vraiment avoir une explosion, plus importante que ce que l'on voit maintenant. Au lieu de recevoir de 10 à 15 appels par jour, l'été, on va en recevoir une cinquantaine », affirme-t-il.

D'après des reportages de Nathalie Babin-Gagnon et de Jacques Bissonnet

Grand Montréal

Habitat