•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le discours d'ouverture de Jean Charest cible cinq priorités

Le premier ministre Jean Charest
Le premier ministre Jean Charest
Radio-Canada

Le premier ministre Jean Charest a livré un discours optimiste à l'ouverture de la nouvelle session parlementaire mercredi à Québec. Le premier ministre a défini cinq priorités pour son gouvernement : éducation, développement durable, économie, maîtrise des ressources et santé.

En éducation, M. Charest prône un retour aux valeurs traditionnelles. Il veut implanter des cours de civisme et encourager le vouvoiement dans les classes. Les élèves de 6e année du primaire consacreront la moitié de leur année scolaire à l'apprentissage de l'anglais. Et sur le plan technologique, chaque classe sera dotée d'un tableau blanc intelligent et chaque professeur sera équipé d'un ordinateur portable. Le premier ministre a aussi annoncé un financement accru des universités.

Jean Charest a aussi réaffirmé son objectif de rétablir l'équilibre budgétaire d'ici 2013-2014. En ce qui concerne le développement durable et l'économie, Jean Charest est revenu à la charge avec le Plan Nord.

Le Plan Nord sera aux décennies 2010, 2020 et 2030 ce que la Manic et la Baie-James a été aux décennies 60 et 70.

Jean Charest

Une partie des redevances des activités minières sera versée au Fonds des générations, afin de réduire la dette. Le premier ministre entend aussi consacrer 50 % du territoire du Plan Nord à des fins non industrielles, dans une perspective de développement durable du territoire.

Selon toute vraisemblance, ce discours inaugural sera le dernier du premier ministre Charest au cours du présent mandat, arrivé à mi-parcours.

Depuis son élection à la tête du gouvernement, en 2003, il s'agit du cinquième discours du genre de M. Charest, le dernier ayant eu lieu en mars 2009.

Un discours qui sonne faux, selon le PQ

Pauline Marois, chef du Parti québécois (PQ)Pauline Marois, chef du Parti québécois (PQ)

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a affirmé que ce discours ne répond pas aux préoccupations de la population : « C'est un discours qui sonne faux. Est-ce qu'il y a dans le discours qui nous a été fait aujourd'hui, des réponses aux attentes concrètes des Québécois? »

La chef de l'opposition officielle a accusé une nouvelle fois le premier ministre de ne pas ouvrir d'enquête sur la corruption dans l'industrie de la construction, de ne pas avoir annoncé un moratoire sur les gaz de schiste et de ne pas avoir fourni plus d'information sur le Plan Nord : « On a l'impression que c'est en train de ressembler aux annonces du CHUM. »

Pauline Marois a précisé qu'elle préparait pour jeudi une réplique à ce discours plus complète.

L'ADQ dénonce un manque de réformes

Gérard Deltell, chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ)Gérard Deltell, chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ)

« Que de temps perdu, parce qu'on ne met pas en place de véritables réformes. Il s'agit d'un discours de lieux communs, d'un discours de phrases creuses, d'un discours aussi qui n'est pas crédible », a déclaré Gérard Deltell, le chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ), à l'issue du discours du premier ministre.

« Cela fait huit ans que les vraies réformes auraient dû être entreprises et elles n'ont pas été faites », a ajouté M. Deltell.

Québec solidaire a aussi critiqué les annonces faites par Jean Charest par la voix de son porte-parole, Amir Khadir : « Cela démontre un gouvernement déconnecté des besoins de la population parce qu'il ne peut simplement pas répondre à ses attentes. On l'a vu aussi pour toute la question qui touche les redevances et de maigres promesses. »

Le gouvernement libéral a mis fin à la session parlementaire mardi matin après l'adoption de la Loi spéciale sur le retour au travail des juristes de l'État.

Avant d'annoncer les priorités du gouvernement pour la seconde moitié de son mandat, Jean Charest a procédé au début du mois à l'embauche d'un nouveau directeur de cabinet, Luc Bastien, suivi d'un remaniement de son cabinet.

D'autres mesures annoncées par le gouvernement libéral

Culture : création d'un fonds spécial pour encourager les artistes à mener des projets majeurs sur la scène internationale;

Conciliation travail-retraite : avantage fiscal pour les personnes de plus de 65 ans qui désireront retourner au travail ou rester à l'emploi;

Véhicules électriques : plan pour développer des infrastructures de recharge et encourager les Québécois à se tourner vers les véhicules électriques;

Gaz de schiste : resserrement du cadre législatif et réglementaire associé à l'exploration et l'exploitation du gaz de shiste et augmentation des redevances pour les communautés;

Santé : création de la Direction québécoise du cancer, qui verra à réduire les délais et à s'assurer que toute personne touchée ait un accès rapide aux soins;

Personnes âgées : mise en oeuvre d'une stratégie pour offrir plus de services aux personnes âgées qui souhaitent vieillir à domicile;

Politique énergétique : passage de 38 à 32 % de la part des énergies fossiles dans le bilan énergétique québécois.



Accueil plutôt favorable

La Fédération des commissions scolaires du Québec accueille favorablement les mesures en éducation, sous toutes réserves de connaître le cadre financier qui y sera rattaché. Le président de la Centrale des syndicats de l'enseignement, Réjean Parent, déplore pour sa part qu'il n'y ait rien pour les élèves en difficulté. Quant à l'anglais intensif en 6e année, cette mesure est « impraticable pour le moment », juge-t-il.

En matière d'environnement, l'organisme Équiterre salue l'effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il y a cependant une contradiction entre la volonté du gouvernement de réduire la consommation de pétrole et d'énergie fossile, tout en soutenant l'exploitation du gisement Old Harry, déplore Steven Guilbeault. « Comment on va réconcilier ces deux éléments-là, moi j'aimerais qu'on me l'explique », demande-t-il.

Pour les aînés, le Réseau FADOQ accueille favorablement un éventuel avantage fiscal pour ceux qui demeurent au travail après 65 ans. Les entreprises doivent cependant emboiter le pas, ce qui semble difficile à mettre en oeuvre à court terme.

Le président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) et maire de Rimouski, Éric Forest, a accueilli favorablement une éventuelle loi-cadre sur l'occupation des territoires, tout comme de futures retombées locales et régionales dans le nouveau régime de redevances pour le gaz.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique