•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chasseurs de phoques des Îles sont inquiets du manque de glace

Chasse aux phoques dans l'est du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour une deuxième année consécutive, les chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine pourraient rester à quai à la fin du mois de mars en raison de l'absence de glace dans le golfe du fleuve Saint-Laurent.

Il s'agirait d'une perte nette de revenus pour les chasseurs, qui comptent sur cette activité pour se renflouer après un long hiver.

La situation nuirait aussi aux efforts déployés pour trouver de nouveaux marchés, explique Denis Longuépée, président de l'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine.

« C'est des inquiétudes, parce qu'on commence à avoir des nouveaux marchés du côté de la Chine où [...] ils veulent avoir de la viande. »

— Une citation de  Denis Longuépée, président de l'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine.

Rappelons que la chasse représente jusqu'à 30 % du revenu annuel des pêcheurs madelinots.

La chasse doit avoir lieu à la fin du mois de mars ou au début du mois d'avril. Avec un peu de chance et du froid, la glace pourrait se former autour de l'archipel.

Denis Longuépée indique que même si les glaces sont absentes autour de l'archipel au moment de la chasse, une équipe ira tout de même chasser le long des côtes afin d'alimenter la boucherie spécialisée des Îles-de-la-Madeleine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec