•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les petits salariés au coeur d'un débat

Salaire minimum

Travail au salaire minimum

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante dénonce les augmentations du salaire minimum prévues cette année au Nouveau-Brunswick, mais les défenseurs des démunis estiment qu'elles sont nécessaires.

Les travailleurs gagneront 50 ¢ de plus l'heure en avril et encore 50 ¢ de plus à compter de septembre. Le salaire minimum sera alors 10 $ l'heure.

Ces augmentations réjouissent bien des travailleurs, mais des petites et moyennes entreprises (PME) craignent qu'elles ne puissent pas payer ce salaire.

« Les PME représentent plus de 75 % de toutes les entreprises au Nouveau-Brunswick et qui embauchent environ 60 % des Néo-Brunswickois. Donc, c'est une très frustrante nouvelle. »

— Une citation de  Andréa Bourgeois, Fédération canadienne de l'entreprise indépendante

La Fédération prédit la perte de milliers d'emplois. Pierre-Marcel Desjardins, économiste à l'Université de Moncton, doute de cette estimation. « Sept mille emplois, c'est probablement exagéré. C'est probablement moins qui sera véritablement l'impact ultime de cette augmentation du salaire minimum », dit-il.

Le professeur Desjardins reconnaît que la perte d'emplois est inévitable, mais il indique que dans les dernières années, le salaire minimum au Nouveau-Brunswick n'avait pas suivi l'augmentation du coût de la vie.

« Là, on a un rattrapage et la question reste à savoir si ce rattrapage est trop vite. Il est rapide. C'est effectivement des augmentations significatives. Pour certaines entreprises, ça va être un défi, mais globalement l'économie du Nouveau-Brunswick va être capable de rebondir », estime Pierre-Marcel Desjardins.

Sr Auréa Cormier, du Front commun pour la justice sociale du Nouveau-Brunswick, partage cette opinion.

« Des pertes d'emplois, peut-être, mais il reste que les gens qui travaillent au salaire minimum ont aussi besoin de cet argent-là. »

— Une citation de  Sr Auréa Cormier, Front commun pour la justice sociale du Nouveau-Brunswick

« Au plan global, si on paie davantage, ces gens-là peuvent acheter plus de biens et ça fait rouler l'économie, y compris les petites et moyennes entreprises », ajoute Mme Cormier.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante craint que la hausse du salaire minimum entraîne une augmentation du coût de la vie, ce qui n'améliorerait pas le sort des démunis. Elle suggère plutôt des exemptions d'impôts pour ceux qui vivent sous le seuil de la pauvreté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

En cours de chargement...