•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gordon Campbell partagé entre le soulagement et les regrets

Campbell

Photo : CBC

Radio-Canada

C'était la dernière journée en Chambre, jeudi, du premier ministre de la Colombie-Britannique, Gordon Campbell. Il sera remplacé par le prochain chef du Parti libéral le 26 février prochain.

Gordon Campbell a été l'un des rares premiers ministres de la province à être élu trois fois consécutives.

Dix-sept ans, jour pour jour, après avoir été élu député, Gordon Campbell a reçu la presse pour la dernière fois dans son bureau de premier ministre.

Il s'est dit soulagé et libéré. Les larmes aux yeux, il a souligné le privilège d'avoir été le 34e premier ministre de la Colombie-Britannique.

Il a ajouté être fier d'avoir relancé l'économie de la province et d'avoir accueilli le monde aux Jeux olympiques de Vancouver.

Il quitte le pouvoir cependant, dit-il, avec le sentiment d'une tâche inachevée, déçu de ne pas avoir terminé la réconciliation avec les Premières Nations.

Ses regrets : son arrestation pour conduite en état d'ébriété à Hawaii, avec les photos de la police diffusées dans tous les médias. Il ajoute que ces images resteront gravées à jamais dans sa mémoire et dans celle des membres de sa famille, ce qui le blesse profondément. Il regrette que sa femme et ses fils aient souffert de ses erreurs de politicien.

Après 27 ans de vie publique comme maire de Vancouver, chef de l'opposition, puis premier ministre, Gordon Campbell a adressé son dernier discours en Chambre à sa femme et à ses deux fils, qui l'ont toujours appuyé sans jamais se plaindre.

Il a ajouté que c'est grâce à eux s'il a pu contribuer au progrès de la Colombie-Britannique.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique