•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville réclame une offre globale

Cols bleus (archives)

Cols bleus (archives)

Photo : iStock photo

Radio-Canada

La Ville de Sherbrooke déplore le nouvel avis de grève déposé par le syndicat des cols bleus et indique qu'il n'y aura pas de négociation tant et aussi longtemps qu'une offre globale ne sera pas proposée par ces derniers.

« Il est temps que le syndicat nous dépose non pas des ultimatums, non pas des conditions préalables, mais bien une proposition sur l'ensemble des questions en litige », souligne le président du comité exécutif, Serge Paquin.

Rappelons que les cols bleus ont mis en place des conditions préalables à toute négociation, notamment pour obtenir la parité avec les autres syndicats de la Ville. Ils se disent outrés devant les propos de l'administration municipale.

« La Ville nous demande depuis le début des clauses de parité à la pièce. Et aujourd'hui, on lève les épouvantails pour dire que le syndicat des cols bleus veut négocier à la pièce. Ce n'est vraiment pas une négociation à la pièce », déclare le négociateur syndical des cols bleus, Michel Murray.

Pour sa part, le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, soutient que l'offre de la Ville est substantielle. « Ils ont des privilèges que très peu de salariés ont à Sherbrooke, dit-il. Et là, je fais référence évidemment au fonds de pension et aux prestations déterminées. Ce qu'il y a sur la table, c'est 21,6 % d'augmentation sur sept ans. On ne parle pas de 3 % sur sept ans. Je pense que les ingrédients sont là et qu'il s'agit d'attacher ça et de se parler. »

Les 400 cols bleus de la Ville de Sherbrooke sont sans contrat de travail depuis trois ans. Si la grève est déclenchée, elle se tiendra du 26 février au 6 mars prochain, soit pendant la semaine de relâche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Emploi