•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fonctionnaires votent pour un mandat de grève

L'hôtel de ville de Winnipeg

L'hôtel de ville de Winnipeg

Photo : CBC

Radio-Canada

Les 4600 employés de la Ville de Winnipeg, membres de la section locale du Syndicat canadien de la fonction publique ont rejeté vendredi l'offre patronale et donné un mandat de grève à leur syndicat.

Les négociations entre la Ville et le syndicat ont été rompues la semaine dernière. Deux réunions d'information destinées aux membres du syndicat se sont déroulées jeudi avant la tenue vendredi du vote sur un mandat de grève.

Mike Davidson, le président de la section locale, a suggéré aux membres de refuser l'offre patronale qui prévoirait un gel des salaires de deux ans.

Les deux parties ont toutefois assuré vouloir retourner à la table des négociations.

Le Syndicat canadien de la fonction publique représente presque la moitié des employés de la Ville de Winnipeg. Les fonctionnaires concernés par une grève éventuelle relèvent des services communautaires et administratifs -sauveteurs, bibliothécaires, personnel des travaux publics et conducteurs d'équipement lourd -, mais aucun ne travaille aux services essentiels.

Si une grève était déclenchée, il s'agirait de la plus importante depuis 1919. Le sous-financement des villes les oblige à sabrer les salaires, selon David Camfield, professeur en étude du travail à l'Université du Manitoba. Il y a une tendance pancanadienne pour les employeurs dans le secteur municipal de faire payer les employés pour la récession, constate-t-il.

Les inondations printanières

« Nous sommes encore loin d'une grève. Le syndicat peut revenir négocier », affirmait jeudi la directrice des services de soutien administratif, Linda Black.

Ce conflit survient à quelques semaines du printemps. Le syndicat a assuré qu'il ne souhaitait pas déclencher une grève rapidement. Les inondations prévues ne seront pas utilisées comme outil de négociation, a promis Mike Davidson. « Nous serons là pour remplir des sacs de sable. Nous sommes de bons citoyens », assure-t-il.

Manitoba

Emploi