•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alain Perreault veut récupérer près de 10 000 $

Argent

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a appris qu'Alain Perreault, reconnu coupable du meurtre de Lyne Massicotte, veut récupérer l'argent qu'il a obtenu en travaillant pour la fausse organisation criminelle mise sur pied par les policiers. Alain Perreault estime que cet argent lui revient.

En trois mois et demi, Alain Perreault a reçu 14 000 $ pour participer aux différents scénarios fabriqués de toutes pièces par la police.

Après son arrestation, les policiers ont saisi 9570 $ dans l'appartement du meurtrier.

Or, Alain Perreault veut récupérer cette somme. « C'est plus une question théorique et de droits et de principe qu'une question pour choquer la population », fait savoir l'avocate d'Alain Perreault, Me Jessie Bérubé.

Le Code criminel prévoit la confiscation des biens qui constituent des produits de la criminalité en lien avec l'infraction dont l'accusé a été déclaré coupable.

Me Jessie Bérubé estime que les sommes obtenues par Alain Perreault ne sont pas considérées comme des produits de la criminalité. « Donc, en théorie, M. Perreault aurait le droit de retrouver cet argent-là », dit-elle.

La famille outrée

Francine Massicotte, la soeur de la victime, juge ce geste « indécent » de la part de l'homme qui a été reconnu coupable du meurtre de Lyne Massicotte âgée de 43 ans. « C'est comme une insulte à l'intelligence parce que ces sous-là ne lui appartiennent pas. Ils ont été gagnés illégalement. Quand on attrape d'autres criminels, ils saisissent les compagnies, les maisons, les skidoos [sic]. Pourquoi on ne saisirait pas ça? », fait valoir Francine Massicotte.

La soeur de Lyne Massicotte suggère plutôt que cet argent soit versé à l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues fondée par Pierre-Hugues Boisvenu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !