•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menaces de mort contre Aung San Suu Kyi , Washington s'inquiète

Aung San Suu Kyi a reçu un journaliste d'Associated Press dans son bureau, au quartier général de son parti, à Rangoon. En arrière-plan, une photo de son père, le général Aung San, héros de l'indépendance birmane.(archives)

Aung San Suu Kyi prend la pose dans le quartier général de son parti, à Rangoon. En arrière-plan, une photo de son père, le général Aung San, héros de l'indépendance birmane.

Photo : La Presse canadienne / AP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le département d'État américain s'est dit inquiet mercredi pour la sécurité d'Aung San Suu Kyi, qui fait l'objet de menaces de mort selon la presse officielle de son pays.

Le porte-parole du département d'État, Philip Crowley, s'est adressé directement aux autorités birmanes en rappelant qu'il était de leur responsabilité de garantir la sécurité de l'opposante Aung San Suu Kyi, ainsi que celle de tous les citoyens birmans.

Plus tôt cette semaine, la junte birmane avait menacé nommément Mme Suu Kyi, ainsi que son parti dissous, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), en affirmant qu'ils trouveraient « une fin tragique » s'ils continuaient à soutenir les sanctions occidentales contre le régime.

C'est la première fois depuis la libération en novembre dernier de la dissidente et Prix Nobel de la paix 1991, que le pouvoir profère des menaces directes contre la populaire opposante birmane.

Avant la réaction du Département d'État, le chef de la minorité républicaine du Sénat américain, Mitch McConnell, s'était déclaré mardi profondément inquiet au sujet de la sécurité de l'opposante birmane avec laquelle il s'était entretenu au téléphone.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !