•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plaidoiries finales dans le procès de Mark Grant

Mark Edward Grant lors de son procès.

Mark Edward Grant lors de son procès.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'avocat de la défense, Saul Simmonds, a de nouveau contesté la validité des preuves d'ADN qui ont mené à l'arrestation de son client en 2007, 23 ans après la disparition de Candace Derksen, une écolière de 13 ans.

« C'est de la mauvaise science. L'ADN est détérioré », a-t-il martelé avant de demander au jury de ne pas ignorer les preuves de l'innocence d'un homme. Les preuves d'ADN dans cette affaire ont été contaminées et sont peu fiables, selon lui.

« Vous ne pouvez pas ignorer certaines données parce qu'elles ne correspondent pas à vos attentes (...) Votre responsabilité est de protéger Mark Grant d'une condamnation injuste », a poursuivi l'avocat de la défense mercredi lors de sa plaidoirie finale.

M. Grant, qui a plaidé non coupable de meurtre au premier degré, a affirmé qu'il ne connaissait pas Candace Derksen. Dans l'enregistrement vidéo de son interrogatoire en 2007, il a dit aux policiers qu'ils faisaient fausse route, a rappelé Me Simmonds.

« Son avenir est entre vos mains », a-t-il lancé aux 12 jurés, avant que l'avocat de la Couronne, Brian Bell, ne livre à son tour sa plaidoirie finale.

La Couronne affirme qu'il est coupable des faits dont il est accusé. « Concentrez-vous sur ce que vous savez », a lancé Me Bell. Le laboratoire privé rencontre ou dépasse de nombreuses certifications, a souligné l'avocat de la Couronne. « Il n'existe aucune preuve que le laboratoire a déformé les données, malgré ce que peut dire la défense », a poursuivi Brian Bell.

L'expert en chef du laboratoire a trouvé des données menant à M. Grant sur la ficelle utilisée pour attacher Candace Derksen, mais les a laissés de côté en raison de problèmes de dégradation, a rappelé l'avocat.

Il existe une probabilité de 1 sur 50 millions pour que les preuves récoltées sur la ficelle puissent appartenir à une autre personne que Grant sur la ficelle, selon ce que révèlent les tests du laboratoire privé.

L'expert de la défense n'a pas pu vous prouver que le laboratoire privé avait tort, selon Me Bell. « Nous estimons, en fonction de toutes les preuves, que vous pouvez conclure sans problème qu'il s'agissait des poils de Mark Grant qui ont été trouvés sur les lieux et qu'il a laissé Candace Derksen mourir », a terminé l'avocat de la Couronne.

« Il n'y a qu'une seule conclusion à laquelle le jury peut arriver. Il est coupable de meurtre au premier degré », a conclu Brian Bell.

Le procès de Mark Grant, qui a commencé le 17 janvier, tire à sa fin. Le jury commencera à délibérer mercredi après-midi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !