•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débrayage illégal

Aluminerie de Bécancour
Radio-Canada

Des centaines de travailleurs de l'Aluminerie Bécancour ont manifesté illégalement pendant plus d'une douzaine d'heures mardi.

La direction a obtenu une injonction de la Commission des relations du travail pour forcer leur retour à leur poste vers 22 h. Cette directive a été observée par les employés.

Les travailleurs de l'usine protestaient contre le réaménagement des horaires dans le secteur de l'électrolyse.

La direction de l'usine soutient que ces changements sont conformes à la convention collective et qu'ils sont nécessaires pour que l'usine demeure compétitive. De leur côté, les travailleurs affirment qu'ils n'ont pas été consultés.

Le débrayage a entraîné un arrêt de production et le retard de certaines livraisons. La direction a fait appel à une trentaine de cadres des usines de Deschambeault et de Baie-Comeau pour rattrapper le temps perdu, ce qui occasione des tensions supplémentaires.

Ni la direction de l'usine ni le syndicat n'ont voulu accorder d'entrevue.

La restructuration du travail proposée par la direction de l'usine envenime les relations avec le syndicat depuis plusieurs mois. D'ailleurs, en vertu d'une ordonnance provisoire rendue par la Commission des relations de travail en décembre dernier et reconduite il y a environ un mois, le syndicat devait s'abstenir de faire toute activité concertée illégale, tout ralentissement de travail ou toute pratique destinée à ralentir les activités, à retarder ou à limiter la production, y compris de refuser systématiquement de façon concertée d'effectuer du travail en heures supplémentaires.

Mauricie et Centre du Québec

Emploi