•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Départ de la caravane du FRAPRU

François Roy, de Logemen'occupe, à gauche et François Saillant du FRAPRU, à droite.

François Roy, de Logemen'occupe, à gauche et François Saillant du FRAPRU, à droite.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La caravane de locataires du Front d'action populaire en réaménagement urbain, le FRAPRU, a pris son départ à Gatineau, lundi. L'organisme demande au gouvernement Charest de prévoir la construction de logements sociaux dans son prochain budget.

Le FRAPRU n'a pas choisi Gatineau au hasard. C'est en Outaouais que les logements coûtent le plus cher au Québec.

À Gatineau, un appartement de deux chambres à coucher coûte en moyenne 711 $ par mois, soit 11 dollars de plus qu'à Montréal et 145 $ de plus qu'à Sherbrooke.

C'est toutefois moins cher qu'à Ottawa, où les locataires paient plus de 1000 $ par mois pour un appartement similaire. Certaines personnes choisissent donc de traverser la frontière, ce qui crée une pression supplémentaire sur le marché locatif.

« Comment peux-tu te payer un logement de 700 $ par mois quand tu ne reçois que 600 $ de prestations d'aide sociale ? »

— Une citation de  François Saillant, coordonnateur du FRAPRU

À Gatineau, plus de 2000 ménages sont en attente d'un logement social. Celles qui attendent le plus sont les personnes seules et les familles nombreuses. Ça peut prendre entre trois à cinq ans pour trouver un logement de plus de quatre chambres à coucher.

Le coordonnateur de Logemen'occupe à Gatineau, François Roy, déplore que les locataires à faible et modeste revenus doivent se serrer la ceinture encore plus qu'ailleurs. Il ne cache pas que plusieurs locataires, qui doivent consacrer plus de 80 % de leurs revenus au logement, sont des candidats très à risque pour l'itinérance. La norme moyenne recommandée est de 25 à 30 % de son revenu pour se loger.

Le FRAPRU demande 50 000 nouveaux logements abordables en cinq ans au gouvernement du Québec, dont 1400 à Gatineau.

Après son passage à Montréal, la caravane du FRAPRU se rendra successivement à Châteauguay, Sherbrooke, Trois-Rivières, La Tuque, Saguenay et culminera par un grand rassemblement à Québec, samedi.

VID URL="http://ici.radio-canada.ca/Medianet/2011/CBOFT/LeTelejournalOttawaGatineau201102141759_4.asx" ALIGN="left" TEXTE="Le reportage de Geneviève Côté" IMGTIMBRE="" ZAP="oui" EMBED="false" UNE="false" cond="true" GUI="embedSrcMini" hh="" mm="" ss=""

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !