•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Politique et mentorat auprès des jeunes

Une adolescente et son portable
Photo: istockphoto
Radio-Canada

Six politiciens de l'Estrie discutent de leur métier avec les jeunes par l'entremise du site Internet Academos, afin de faciliter leur choix de carrière, répondre à leurs questions et leur faire aimer la politique.

Alors que le cynisme politique prend de l'ampleur et que la participation électorale diminue, les élus se sont donnés pour mission de mieux faire connaître leur métier.

Dès lundi, les jeunes peuvent donc s'inscrire sur le site de cybermentorat, poser leurs questions et discuter avec les politiciens.

C'est notre rôle à nous, en tant qu'élus, de leur démontrer que la politique est importante parce que les décisions qui se font soit à Québec ou à Ottawa ont un impact sur leur avenir.

France Bonsant, députée bloquiste de Compton-Stanstead

« Peut-être aussi qu'ils peuvent s'adresser un peu plus aux jeunes qui sont dans les conseils étudiants ou aux jeunes qui aiment s'impliquer dans les causes sociales », indique l'agent régional de l'Estrie pour le site Academos, Thomas Dandurand.

Des jeunes enthousiastes

De leur côté, les jeunes participants se disent ravis de cette initiative. Selon eux, Internet est l'un des meilleurs moyens de les joindre rapidement et de façon efficace.

Ils peuvent parfois avoir de la difficulté à trouver leur vocation, mais ce nouvel outil informatique pourrait maintenant les aider à y parvenir. Le programme de mentorat sur Internet permet aux jeunes d'en apprendre davantage sur les différents corps de métiers, et ce, en posant leurs questions à des milliers de professionnels.

Fondé en 1999, le site Internet Academos a été le premier à développer un programme de cybermentorat au Canada. Il vise à contrer le décrochage scolaire et à faciliter le choix de carrière.

À l'heure actuelle, près de 2400 mentors proposent leurs services dans l'ensemble du Québec, alors que de 18 à 20 000 jeunes utilisent la plateforme.

Aucun thème sélectionné