•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux adoptent un nouveau mode de scrutin

Gordon_Campbell
Archives Photo: CBC
Radio-Canada

À deux semaines des élections pour élire le successeur du premier ministre Gordon Campbell, les membres du Parti libéral de la Colombie-Britannique ont adopté un nouveau mode de scrutin dans une proportion de 98 %.

Lors d'un congrès extraordinaire tenu samedi, 1390 membres du parti ont voté en faveur du nouveau scrutin, tandis que 23 ont voté contre.

Selon le vice-président du Parti libéral, Martin MacLachlam, sa formation politique n'aurait pas survécu en dehors des banlieues de Vancouver et de Victoria si elle n'avait pas modifié son mode de scrutin.

Pour la première fois dans l'histoire de la province, les électeurs des régions rurales détiennent la balance du pouvoir et les libéraux voteront par ordre de préférence.

Si le premier choix d'un électeur est éliminé, le second prévaut, jusqu'à ce qu'il y ait une majorité de 50 % plus un dans la circonscription.

Le scrutin offrira donc autant de poids électoral à la centaine de votes d'une circonscription rurale qu'aux dizaines de milliers de votes d'une circonscription urbaine densément peuplée, comme Surrey ou Abbotsford.

Les candidats à la direction qui ont déjà un important appui des résidents des régions éloignées, comme George Abbott, seront notamment avantagés par cette nouvelle façon de procéder.

George AbbottGeorge Abbott est le deuxième candidat à annoncer son intention de succéder à Gordon Campbell.

« La politique ne sera plus jamais la même », a déclaré M. Abbott.

Les six candidats à la succession de Gordon Campbell ont d'ailleurs immédiatement adapté leur campagne électorale à la nouvelle donne. Lors du débat tenu samedi, ils ont réitéré leur promesse d'unifier le parti et de réconcilier les intérêts des régions rurales à ceux des villes.

Les 93 000 membres du Parti libéral éliront leur chef dans moins de deux semaines. Ce dernier deviendra automatiquement le premier ministre de la Colombie-Britannique le 26 février prochain.

Rappelons que Gordon Campbell a annoncé sa démission le 3 novembre dernier, indiquant que son départ était dans l'intérêt de la province, de son gouvernement et des Britanno-Colombiens.