•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des affrontements font plus de 100 morts

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au moins 105 personnes, principalement des civils, ont été tuées en 48 heures au Sud-Soudan lors de combats entre l'armée et une faction rebelle.

C'est ce qu'a annoncé vendredi un porte-parole de l'armée au Sud-Soudan, le colonel Philip Aguer, qui a rappelé que la violence pouvait toujours éclater dans cette région volatile, et ce, malgré le succès du référendum sur l'indépendance de la région.

Selon le colonel Aguer, 39 civils sont morts dans les combats de mercredi et de jeudi, ainsi que 24 soldats et policiers sud-soudanais et 42 rebelles.

Médecins sans frontières (MSF) a indiqué avoir soigné des dizaines de blessés. « Nous traitons principalement des patients qui ont des blessures causées par des balles et plusieurs ont des blessures importantes à l'abdomen », a expliqué le chef de mission de l'organisme au Sud-Soudan, Tim Baerwaldt. Environ 50 patients ont été admis dans les locaux de MSF.

Le colonel Philip Aguer a expliqué qu'un ancien haut gradé de l'armée du Sud-Soudan, George Athor, qui s'est retourné contre le gouvernement de la région en avril, avait rompu le cessez-le-feu en attaquant les villes de Fangak et de Dor mercredi. « Nous nous préparons pour la paix et nous ne comprenons pas pourquoi il cherche la guerre justement à un moment où la guerre a cessé au Soudan », a soutenu le colonel Aguer.

« Mais malgré cela, nous maintenons toujours l'esprit de la réconciliation parce que l'armistice est toujours en vigueur. Alors si Athor veut cesser les combats, nous allons l'accueillir pour la réconciliation. »

Les violences surviennent après l'annonce, au début de la semaine, des résultats finaux du référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan, à laquelle près de 99 % des électeurs se sont dits favorables. En juillet, la région deviendra ainsi le plus jeune pays du monde.

Les nouveaux affrontements rappellent que des commandants rebelles se trouvent toujours en grand nombre dans la région du Sud-Soudan, qui a souffert de la guerre pendant deux décennies. La guerre civile de 1983-2005 a fait plus de deux millions de victimes.

Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !