•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des municipalités veulent une taxe sur l'essence

Client d'une station-service de Toronto

Les municipalités du Québec demandent à la province de diversifier leurs sources de revenus pour notamment pouvoir percevoir une taxe sur l'essence, un privilège déjà accordé à Montréal et Québec.

Les représentants de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) ont rencontré, vendredi, le premier ministre, Jean Charest, dans le cadre de la Table-Québec-Municipalités.

À l'instar de la Communauté métropolitaine de Montréal, qui représente les 82 villes de la région, l'UMQ demande à Québec de permettre aux municipalités de percevoir une taxe sur l'essence pour financer le transport en commun. Son président, Éric Forest, explique que cette taxe, qui pourrait atteindre 5 ¢ le litre, serait graduellement instaurée.

De son côté, la FQM souligne qu'il y a une limite à taxer davantage l'essence. « Il faut ouvrir de nouveaux champs de réflexion », mentionne son président, Bernard Généreux. La FQM propose d'accorder aux municipalités des redevances sur les ressources naturelles. La diversification des revenus des municipalités, note l'organisme, est l'un des principaux défis auxquels elles font face.

De plus, les municipalités ont réclamé un remboursement dès cette année de la TVQ qu'elles paient sur les biens et services.

Pour l'instant, une portion seulement de la TVQ que les municipalités paient est remboursée. La totalité de cette taxe de vente devrait leur être remise dès 2014, mais d'ici là, les municipalités veulent être compensées. Elles évaluent le manque à gagner pour cette année à 83 millions de dollars, entre autres en raison de la hausse d'un point de pourcentage de la TVQ cette année.

L'UMQ précise dans un communiqué que d'éventuelles compensations « seraient dédiées au transport collectif et aux infrastructures municipales ».

M. Charest a indiqué qu'il souhaitait rencontrer des représentants du secteur municipal avant la reprise des travaux parlementaires à l'Assemblée nationale. Il n'a pas directement abordé les compensations de la TVQ demandées par les municipalités. Le premier ministre a tout de même précisé avoir discuté avec les maires de transport en commun, une question « qui est très importante pour les villes ».

Avec les informations de La Presse canadienne