•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une taxe sur l'essence augmentée?

Essence
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui représente les 82 villes de la région, veut augmenter la taxe sur l'essence pour financer les transports en commun. Elle désire que Québec lui donne la permission de hausser de 5 cents le litre d'essence pendant 10 ans.

Le maire de Montréal et président de la CMM, Gérald Tremblay, est heureux de cette première entente unanime entre les villes de la région pour réclamer à Québec le droit de percevoir une taxe sur l'essence.

« Ce qu'on demande au gouvernement du Québec, c'est de nous donner le droit de percevoir au cours des 10 prochaines années jusqu'à concurrence de 5 sous de taxe d'assise sur l'essence, montants qui seront dédiés aux transports en commun », a expliqué le maire Tremblay.

Le représentant des villes de la couronne sud de la CMM, le maire de Mont-Saint-Hilaire, Michel Gilbert, appuie le principe d'une taxe sur le carburant. Il souligne toutefois qu'elle doit s'accompagner de mesures concrètes.

« On ne veut pas que les droits additionnels sur l'essence soient imposés tant et aussi longtemps qu'on n'aura pas un calendrier d'exécution des travaux. »

— Une citation de  Michel Gilbert, maire de Mont-Saint-Hilaire

En complet désaccord

Une voix s'élève contre cette énième taxe sur l'essence. Le CAA-Québec estime que les automobilistes paient déjà plus que leur part pour le transport collectif.

« Ce n'est pas uniquement les automobilistes qui doivent contribuer, c'est toute la collectivité puisque si le transport en commun devient plus populaire et est plus souvent utilisé par les gens, à ce moment-là, c'est toute la collectivité qui va en bénéficier », selon Eric Essiminy de CAA-Québec.

Les propriétaires de véhicules dans la ville de Montréal doivent s'attendre par ailleurs à payer 45 $ de frais supplémentaires d'immatriculation par année pour financer le transport collectif, tel que décidé par l'administration Tremblay l'an dernier.

Le comité exécutif de la CMM y voit le principal moyen pour accélérer la réalisation de 10 milliards de dollars de projets actuellement sur la table à dessin et désengorger les accès routiers de la métropole.

D'après le reportage de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !