•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un printemps précoce menace la reproduction des ours polaires

Ours polaire

Ours polaire

Photo : Mary Sage, Joseph Napaaqtuq Sage

Radio-Canada

La fonte de plus en plus précoce de la banquise menace la reproduction des ours polaires. Selon des chercheurs albertains, si la glace se mettait à fondre un mois plus tôt que dans les années 1990, jusqu'à 73 % des ourses en gestation pourraient ne pas être capables de se reproduire.

Les ourses en gestation s'abritent dans une tanière pendant huit mois, une période pendant laquelle elles n'ont accès à aucune nourriture.

La fonte précoce de la banquise au printemps les empêche de chasser suffisamment pour faire les réserves de graisse qui leur permettront alors de donner naissance à des petits et de les élever.

Les ourses qui ne sont pas suffisamment nourries ne vont pas dans leur tanière ou avortent de manière naturelle.

Selon les chercheurs Péter Molnár, Andrew Derocher et Mark Lewis, de l'Université de l'Alberta, le réchauffement de l'Arctique pourrait multiplier les cas de femelles incapables de se reproduire et même empêcher complètement la naissance de petits.

Ces ours sont déjà à la limite de ce qu'ils peuvent supporter

Andrew Derocher,
professeur de biologie à l'Université de l'Alberta

Sur la base de modèles mathématiques, les chercheurs ont étudié les conséquences d'une fonte précoce de la banquise pour les ours de l'Ouest de la baie d'Hudson, en particulier au Manitoba.

Selon eux, si la banquise devait fondre un mois plus tôt que dans les années 1990, entre 40 % et 73 % des ourses en gestation ne seraient plus en mesure de se reproduire.

Ce serait le cas de 55 % à 100 % des ourses si le printemps arrivait avec deux mois d'avance.

Une espèce en danger

Il y a entre 20 000 et 25 000 ours polaires dans tout l'Arctique, dont environ 900 dans l'Ouest de la baie d'Hudson. Selon les chercheurs, ce sont les plus vulnérables, parce que ce sont ceux qui vivent le plus au sud. Cependant, un réchauffement climatique prononcé pourrait mettre en danger la plupart des ours polaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !