•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tintamarre à l'Université Laurentienne pour les cours en français

Manifestation des étudiants de l'Université Laurentienne

Photo : Radio-Canada/Alex Boissonneault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des étudiants de l'Université Laurentienne manifestent contre la suppression projetée de cours en français.

Les protestataires se sont donné le nom de Mouvement étudiant pour la revendication de nos droits en éducation, qui forme l'acronyme MERDE.

Mardi, ils ont bloqué les ascenseurs de l'édifice Parker et ils se sont présentés à la réunion du Conseil de l'université pour tenter d'empêcher l'adoption du plan de révision du programme universitaire de l'université. Mais les sénateurs ont finalement approuvé le plan, qui sera utilisé pour élaborer le prochain budget de l'établissement.

Une porte-parole du MERDE, Stéphanie Albert, juge décevante l'adoption du plan par le Sénat, mais promet que les étudiants poursuivront leur lutte.

Les étudiants consultés, selon l'administration

L'administration de l'université affirme que les étudiants prennent toujours part au processus décisionnel. Le recteur Dominic Giroux mentionne que les demandes des étudiants francophones ont été prises en compte l'année dernière.

Par contre, l'université et les étudiants ne s'entendent pas sur les compressions déjà effectuées dans les programmes francophones: l'administration affirme qu'il n'y en a jamais eu, alors que les étudiants affirment que plusieurs cours offerts en français sont dorénavant offerts en anglais.

L'Université Laurentienne est aux prises avec de sérieux problèmes financiers, et le recteur Dominic Giroux a déjà évoqué la possibilité de restructurer les programmes en français. Les étudiants craignent que les mesures ne signifient une plus grande réduction du nombre de cours disponibles pour les francophones.

Le MERDE demande que les étudiants participent pleinement au processus s'il doit y avoir une restructuration.

Le recteur Giroux indique que les étudiants, les enseignants et les membres du personnel pourront commenter le budget 2011-2012 lors d'une des 12 rencontres de rétroaction qui sont prévues.

Des étudiants ont assisté à la réunion du sénat de la Laurentienne, mardiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/Yvon Thériault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !