•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président de la Bolivie s'en prend au néolibéralisme

Le président bolivien, Evo Morales

Le président bolivien, Evo Morales, prend la parole lors du forum social de Dakar.

Photo : AFP / SEYLLOU

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est sur fond de contestations populaires dans le monde arabe que s'est ouvert dimanche le Forum social mondial de Dakar.

Tenu chaque année après le Forum économique mondial de Davos, il fait contrepoids à cette réunion politique et économique des grands de ce monde tenue dans une station de ski cossue des Alpes suisses.

L'événement s'est ouvert dans la capitale sénégalaise avec une marche réunissant, selon les sources, entre 10 000 et 60 000 personnes qui ont défilé jusqu'à l'université de la ville.

Lors d'un long discours, le président de la Bolivie, Evo Morales, s'en est pris au « néolibéralisme » et au « néocolonialisme » qui sont des « ennemis des peuples ». Il a notamment dit que « les services de base, téléphone, eau, lumière, ne devraient jamais être privatisés ». L'ancien syndicaliste bolivien a soutenu que ce sont les pauvres qui doivent payer la crise que connaît le capitalisme.

Par ailleurs, le président Morales a affirmé que les peuples des pays arabes étaient actuellement en train de « se rebeller contre l'impérialisme nord-américain ».

En réaction, des membres d'organisations non gouvernementales qui étaient présentes ont déploré qu'une si grande place soit faite au discours d'un chef d'État, alors que l'altermondialisme se veut apolitique.

Jusqu'à vendredi prochain, les participants au forum social débattront des moyens pour mettre fin à « l'opacité financière », « l'accaparement des terres » ou encore « le pillage des minerais ». De plus, les mouvements de contestation en Tunisie et en Égypte alimenteront les conversations.

Les Sénégalais qui accueillent le forum ont rappelé à travers leurs banderoles qu'ils étaient eux aussi confrontés à de graves difficultés sociales et économiques.

Parmi les personnalités qui sont attendues au cours de la semaine, il y a l'ancien dirigeant du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, le président du Venezuela, Hugo Chavez, le président de la Guinée, Alpha Condé, et le dirigeant de l'Union africaine, Jean Ping.

Des marcheurs lors du Forum social mondial de DakarAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une marche a été tenue dans le cadre du Forum social mondial de Dakar.

Photo : AFP / SEYLLOU

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !