•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe de lutte contre l'obésité propose de taxer les boissons gazeuses

Une boisson gazeuse
Une boisson gazeuse Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Un groupe québécois de lutte contre l'obésité a proposé jeudi, devant le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes, une série de mesures visant à limiter la consommation de boissons gazeuses, qu'elle juge en partie responsable du problème d'obésité au pays.

La Coalition québécoise sur le problème du poids (Coalition poids) suggère aux députés fédéraux d'imposer une taxe de 1 % sur les ventes de boissons gazeuses et énergisantes et d'interdire leur vente dans les bâtiments relevant du gouvernement fédéral.

En plus de décourager la consommation de ces produits à faible valeur nutritive, une taxe d'accise d'un cent le litre générerait des revenus de 36 millions de dollars à l'échelle canadienne, soutient la Coalition poids. Ces fonds pourraient ensuite servir à la promotion de saines habitudes.

Le groupe propose également de réglementer strictement la promotion des boissons gazeuses et énergisantes, surtout la publicité destinée aux enfants. Il suggère au fédéral de s'inspirer de la Loi sur la protection du consommateur du Québec, qui interdit la publicité télévisée destinée aux moins de 13 ans.

« L'épidémie d'obésité est autant un problème de santé publique qu'un problème de finances publiques. Voilà deux raisons majeures pour justifier l'attention de nos élus à l'égard des boissons gazeuses et énergisantes », explique Suzie Pellerin, directrice de la Coalition poids.

Les données récentes semblent lui donner raison. Selon une enquête de Statistique Canada, 24 % des adultes et 9 % des enfants canadiens souffrent d'obésité. Aux États-Unis, le problème touche 33,9 % des adultes et plus de 25 % des enfants, selon l'Organisation mondiale de la santé, qui prévoit qu'il y aura 700 millions d'obèses dans le monde d'ici 2015.

Avec les informations de Agence France-Presse

Santé