•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une équipe de Radio-Canada agressée

Radio-Canada

Les affrontements sanglants en cours au centre du Caire rendent le travail journalistique périlleux. Une équipe de Radio-Canada a été prise à partie, mercredi, par des manifestants pro-Moubarak à la place Tahrir.

Jean-François Lépine et ses collègues ont réussi de peu à sauver leur peau.

L'incident est survenu alors que l'équipe assistait aux affrontements mettant aux prises des centaines de personnes, partisans et adversaires de Hosni Moubarak.

La tension est soudain montée d'un cran lorsque l'interprète a été attaqué par des émeutiers, sans raison apparente.

« On a commencé à s'en aller tranquillement jusqu'à ce que quelqu'un parmi la foule donne un coup de poing en plein visage au caméraman Sylvain Castonguay », rapporte Jean-François Lépine.

« Et là, il y a eu comme une hystérie collective et, honnêtement, on en a vu, Sylvain et moi, des situations périlleuses, mais là, ça a été terrible, incontrôlable. Des dizaines de gens se sont mis à le battre devant nous. »

Seule l'intervention de militaires, auxquels M. Lépine a demandé de l'aide, a permis de sortir Sylvain Castonguay de ce guêpier.

C'est ça qui nous a sauvé la vie parce que sinon, probablement que la foule nous aurait battus à mort.

Jean-François Lépine

Le caméraman ne souffre pas de blessures graves, mais il a subi un choc. L'équipe est présentement à l'hôtel, en sécurité.

De nombreux journalistes étrangers agressés

D'autres reporters internationaux qui couvraient les violents affrontements sur la place Tahrir ont été pris pour cible et certains se sont fait dérober leur matériel.

Selon Reporters sans frontières (RSF) qui a condamné ces violences, Anderson Cooper de CNN, Jerome Boehm de la BBC et Lara Setrakian d'ABC News ont notamment été agressés.

Le journal belge Le Soir rapporte que son journaliste Serge Dumont a été « molesté », « tabassé » puis « emmené par des personnes non identifiées en civil » durant un rassemblement en faveur du président Hosni Moubarak.

Une équipe de la chaîne France 2 a aussi subi des coups à un barrage après avoir effectué un reportage dans la ville de Suez. Les trois journalistes ont été conduits à l'hôpital pour des blessures.

Trois de leurs confrères de la chaîne France 24 ont été arrêtés au Caire dans la soirée et sont aux mains des services de renseignements militaires.

Deux journalistes suédois ainsi que trois reporters israéliens ont aussi été interpellés avant d'être relâchés quelques heures plus tard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International