•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Québec superviserait les usines indiennes

    Des images tournées en Inde par la CBC en août dernier révèlent à quel point les mesures de santé et de sécurité pour les travailleurs indiens qui manipulent l'amiante exportée du Québec sont pratiquement inexistantes.
    Des images tournées en Inde par la CBC, en août dernier, révèlent à quel point les mesures de santé et de sécurité pour les travailleurs indiens qui manipulent l'amiante exportée du Québec sont pratiquement inexistantes.

    Le gouvernement québécois pourrait superviser l'inspection des usines en Inde qui utilisent la fibre d'amiante produite au Québec.

    L'an dernier lors de sa visite en Inde, le premier ministre Jean Charest, avait été accusé d'empoisonner les ouvriers avec l'amiante québécois. Québec veut désormais s'assurer que les acheteurs étrangers respectent bien les normes d'utilisation sécuritaire de l'amiante.

    Le ministre du Développement économique du Québec, Clément Gignac, a ainsi posé une condition à l'entreprise québécoise Balcorp. Si elle veut obtenir une garantie de prêt de 58 millions de dollars pour relancer la mine Jeffrey à Asbestos, elle doit se soucier de savoir si ses acheteurs indiens se servent bien de l'amiante de façon sécuritaire. Le ministre Gignac propose une inspection annuelle des entreprises indiennes.

    Pour le porte-parole de Balcorp, Guy Versailles, le gouvernement du Québec pourrait assurer la supervision de cette inspection: « Ce qui plaît au gouvernement du Québec, c'est le fait de structurer un programme d'inspection qui garantisse l'utilisation sécuritaire et que ce programme soit structuré de telle sorte à ce qu'on en garantisse l'impartialité et l'efficacité ».

    L'Inde : le plus grand importateur d'amiante québécois

    En plus de surveiller les entreprises indiennes qui utilisent l'amiante du Québec, le gouvernement pourrait choisir et payer les inspecteurs qui font le travail.

    Les membres du cabinet du ministre Gignac répondent qu'il est trop pour discuter de cette hypothèse. Mais manifestement, cela permettrait à Québec de soutenir une augmentation des exportations d'amiante en Inde, la conscience tranquille.

    Dans le cadre de sa visite en Inde cette semaine, Clément Gignac devrait aborder la question des inspections avec les autorités indiennes.

    Le Québec y exporte déjà 40 % de sa production et souhaite multiplier par dix les exportations en Inde.

    D'après un reportage de Claude Brunet.

    Économie