•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brutalité policière?

Service de police de Sherbrooke
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une Sherbrookoise de 29 ans entend porter plainte contre trois policiers qui auraient fait usage d'une force excessive lors de son arrestation.

Le 27 août dernier, la femme a été arrêtée dans le stationnement du bar Le Mondial, à Sherbrooke. Les policiers auraient été appelés sur les lieux pour une querelle qui n'impliquait pas la femme. Toutefois, elle se serait interposée dans l'arrestation d'un individu.

Elle a été arrêtée à son tour pour entrave au travail des policiers. Des bandes vidéo fournies par l'avocate de la plaignante montrent l'arrivée de la femme au poste de police, ainsi que l'opération policière en salle d'isolement.

La Sherbrookoise se serait retrouvée à demi nue et couchée face au sol pendant près de quatre minutes. L'avocate et la plaignante déclarent que l'arrestation a été faite avec une force excessive.

« Ce qu'on voit sur la vidéo, c'est la fouille qui est effectuée par trois policiers de sexe masculin. C'est une atteinte à son droit à l'intégrité qu'on reproche aux policiers, également l'usage de force excessive », explique l'avocate de la plaignante, Me Émilie Côté.

De son côté, le Service de police de Sherbrooke indique que l'opération a été réalisée selon les règles de la déontologie. Les policiers présents lors de l'arrestation attestent que la femme était intoxiquée et agitée. C'est pour cette raison qu'ils l'auraient menottée au poste de police.

« Ça a été fait selon les politiques et procédures de notre Service de police et de la plupart des services de police ailleurs au Québec. Par rapport à la fouille, j'ai été un peu préoccupé du commentaire de l'avocate au dossier disant qu'il était totalement illégal pour un policier de fouiller une personne de sexe féminin. C'est totalement faux », souligne le directeur du Service de police de Sherbrooke, Gaétan Labbé.

La femme de 29 ans entend porter plainte en déontologie policière, mais aussi en cour criminelle. La plainte devrait être déposée au cours des prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !