•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta surveille mal l'utilisation de l'eau, dénoncent des scientifiques

Bassin de décantation

Bassin de décantation de la mine de sables bitumineux Horizon de l'entreprise Canadian Natural Resources

Radio-Canada

La province de l'Alberta ne s'est pas donné les moyens d'étudier sérieusement l'impact de l'exploitation des sables bitumineux sur les lacs et les rivières, dénonce un nouveau rapport scientifique.

L'Alberta a mis en place en 1997 un programme de surveillance pour détecter l'impact de l'industrie sur la qualité de l'eau ou sur les poissons.

Mais ce programme n'est pas en mesure de remplir sa mission, selon des chercheurs chargés d'une évaluation scientifique. « Le programme est actuellement incapable de détecter les tendances régionales et les effets cumulatifs en raison de la façon même dont il est conçu », conclut leur rapport, publié lundi.

Site d'exploitation de sables bitumineux à Fort McMurrayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Exploitation de sables bitumineux à Fort McMurray, en Alberta (archives)

Photo : AFP / Mark Ralston

Le groupe, dont les conclusions ont été revues par des pairs, affirme que les données récoltées par le programme albertain ne sont pas suffisamment pertinentes, qu'il manque d'argent pour atteindre les objectifs fixés et que le programme doit être modifié « immédiatement ».

Le programme de surveillance des milieux aquatiques est géré par la province et les industriels qui exploitent les ressources du Nord de l'Alberta.

[[citation auteur="Brenda Miskimmin, porte-parole du programme provincial de surveillance des milieux aquatiques" de surveillance des milieux aquatiques ]]Le rapport suggère qu'il y a encore du travail à faire

Selon le biologiste de l'Université de l'Alberta David Schindler, très engagé dans la dénonciation de l'impact de l'exploitation pétrolière, ce nouveau rapport ne fait que répéter ce que des scientifiques disent depuis des années.

(Archives)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le scientifique David Schindler montre un poisson difforme pêché dans le lac Athabasca (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Il dénonce un « échec majeur » et dit espérer, sans trop y croire, que le programme soit complètement revu.

Ce rapport démontre « une fois encore qu'on ne peut compter ni sur le gouvernement, ni sur l'industrie » pour mesurer l'impact des sables bitumineux, a dénoncé Mike Hudema, au nom de l'organisation Greenpeace.

En décembre, le ministre fédéral de l'Environnement John Baird avait annoncé la création d'un système de surveillance de la qualité de l'eau. Il réagissait à un rapport selon lequel le Canada ne dispose d'aucun système de suivi environnemental efficace pour encadrer l'industrie des sables bitumineux.

Fin janvier, l'Alberta a aussi nommé un comité pour évaluer l'impact des sables bitumineux sur l'environnement.