•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Chilien qui vit au Canada depuis 32 ans risque l'expulsion

Victor Morales

Victor Morales risque l'extradition vers son pays d'origine, le Chili.

Radio-Canada

Un homme d'origine chilienne qui vit au Canada depuis 32 ans risque d'être expulsé du pays. La Commission de l'immigration et du statut de réfugié se base sur le dossier criminel du Montréalais pour réclamer son extradition.

Victor Morales, 40 ans, s'est présenté en Cour fédérale lundi matin. Il a demandé un sursis afin de demeurer auprès de sa famille.

Le ressortissant chilien a commis plusieurs méfaits entre 1994 et 2004, des crimes commis sous l'emprise de la drogue et de l'alcool. En 1998, il défie un ordre de renvoi en se cachant des autorités. Trois mandats d'arrestation sont alors lancés contre lui. Il finit par se rapporter aux autorités et leur raconte qu'il s'est repris en main.

« Dans le métro, les Québécois voient que je joue de la musique chaque jour. Je fais des spectacles aussi dans les baptêmes, donc ma vie a complètement changé, je suis une personne complètement bien maintenant », se défend-il. Il prend maintenant soin de ses enfants âgés de 8, 12 et 20 ans, tous citoyens canadiens, et de sa mère atteinte du sida.

Pour l'avocate qui représente le gouvernement canadien, M. Morales a violé les lois canadiennes et doit partir. L'avocat de M. Morales, Stewart Istvanffy, n'est évidemment pas du même avis. Il réclame un délai afin de présenter une révision judiciaire du dossier de son client. « On ne respecte pas nos engagements en droit international. C'est vraiment une décision complètement folle, qui ne tient pas compte de toute la famille autour de cette personne », s'insurge-t-il.

Les proches de Victor Morales confirment que ce dernier a changé, mais son passé semble peser bien lourd sur ses chances de demeurer auprès de ses enfants et de sa famille.

Le juge Yves de Montigny doit rendre une décision dans les prochaines heures. Si sa demande de sursis est rejetée, M. Morales devra quitter le Canada dans une semaine.

D'après un reportage de Marc Verreault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !