•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gaz de schiste sur tous les fronts

Camion de Talisman Energy

Des camions qui peuvent transporter 32 000 litres d'eau sortent du site aux demi-heures.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au moment où le débat sur le gaz de schiste fait rage au Québec et qu'il s'installe en France, des experts prévoient que le gaz naturel va devenir la deuxième source d'énergie mondiale d'ici moins de 20 ans.

Exxon Mobil notamment dit que le gaz naturel dépassera le charbon comme source d'énergie d'ici 2030 sur fond de forte demande attendue pour l'énergie surtout en provenance des pays émergents.

La demande mondiale devrait bondir de 35 % d'ici 2030 et de 70 % dans les pays émergents.

Exxon soutient que la consommation de gaz naturel profitera de son moindre impact environnemental par rapport aux autres carburants et signale que l'industrie est en pleine croissance avec les gaz de schiste.

L'Institut français du pétrole précise que les réserves mondiales de gaz de schiste sont quatre fois plus importantes que les réserves de gaz naturel traditionnel.

Le débat se transporte en France

Les gaz de schiste gagnent en popularité en France. Des géants s'intéressent au sous-sol du sud du pays. La pétrolière Total est à la recherche de partenaires pour explorer le sud-est de la France à la recherche de gaz de schiste.

Elle estime que la zone pourrait contenir 2380 milliards de mètres cubes de gaz, soit 10 ans de consommation en France.

Le débat commence à faire rage en France et l'opposition se radicalise. Il y a crainte de contamination des nappes phréatiques. La pollution, le manque de transparence dans la procédure et l'utilisation en grande quantité d'eau alimentent le débat.

Des enjeux similaires à ceux connus aux États-Unis et au Canada. Le gouvernement français soutient que l'industrie ne pourra pas utiliser la technologie américaine pour l'extraction en France en disant qu'en Amérique du Nord le travail est bâclé.

La technologie dans ce domaine est américaine.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !