•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ghannouchi brasse les cartes, mais reste en poste

Mohamed Ghannouchi 69 ans est premier ministre depuis le 17 novembre 1999

Mohamed Ghannouchi

Photo : AFP / Fethi Belaid

Radio-Canada

Le premier ministre de transition tunisien, Mohammed Ghannouchi, a finalement procédé au remaniement ministériel réclamé depuis plusieurs jours par des milliers de manifestants. Mais s'il a écarté des postes-clés les principaux caciques de l'ancien régime Ben Ali, il est lui-même resté en poste.

Le mouvement populaire de protestation a eu raison des titulaires des portefeuilles de l'Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères et des Finances, issus du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), l'ancienne formation de l'ancien dictateur Zine el Abidine Ben Ali.

Les principaux changements

Outre M. Ghannouchi, seuls deux ministres du dernier gouvernement Ben Ali sont reconduits à des postes techniques : Mohamed Atif Chelbi à l'Industrie et Mohamed Nouri Jouini à la Planification.

Les postes stratégiques de l'Intérieur et de la Défense reviennent respectivement à Farhat Rajhi, ancien procureur de la République, et Abdelkarim Zebidi, professeur de médecine qui avait occupé les ministères de la Santé et de la Recherche.

Les Affaires étrangères sont confiées à Ahmed Ounaïs, un diplomate de carrière qui a servi sous les présidences de Habib Bourguiba et de Zine El Abidine Ben Ali avant de prendre sa retraite.

M. Ghannouchi a annoncé la composition de son nouveau cabinet intérimaire sur les ondes de la télévision publique jeudi.

« Des consultations avec tous les partis politiques et les composantes de la société civile qui ont accepté d'y participer, nous ont permis de former un gouvernement provisoire [...] », a déclaré M. Ghannouchi. « Sa mission sera d'organiser des élections pour que le peuple choisisse en toute liberté », a-t-il affirmé, appelant les Tunisiens « à retourner au travail ».

Le « gouvernement s'engage à ce que les élections soient organisées sous le contrôle d'une commission indépendante en présence d'observateurs internationaux pour en garantir la transparence », a-t-il assuré.

La semaine dernière, il avait déjà indiqué que lui-même se retirerait après les élections.

Images de l'arrestation de membres de la famille Trabelsi

La télévision nationale tunisienne a diffusé jeudi des images de l'arrestation de membres de la famille de l'épouse du président déchu Ben Ali. Vingt membres de la famille Trabelsi ont été arrêtés le 14 janvier à l'aéroport de Tunis, alors qu'ils tentaient de fuir le pays. Les autorités espèrent que ces images rassureront les sceptiques.

Les manifestants satisfaits, mais veulent plus

L'annonce de la composition du nouveau gouvernement a été bien accueille jeudi soir en Tunisie, mais les manifestants exigent toujours la tête du premier ministre Mohammed Ghannouchi.

La puissante Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) a annoncé qu'elle acceptait le maintien de Ghannouchi et de deux autres ministres de l'ancienne équipe Ben Ali dans des ministères purement techniques. « On ne soutient pas Ghannouchi, mais on l'a accepté pour la stabilité du pays », a indiqué à l'Agence France Presse un dirigeant syndical sous couvert de l'anonymat.

Une autre source syndicale a affirmé que l'UGTT allait tenter de convaincre les milliers de manifestants, toujours réunis devant les bureaux du premier ministre, d'accepter la composition du nouveau gouvernement de transition. Les anciens membres de l'équipe Ben Ali « sont minoritaires », a-t-elle fait valoir.

Les manifestants, qui ont réussi à chasser le président Ben Ali du pouvoir il y a une dizaine de jours, ont maintenu la pression quotidiennement après sa fuite vers l'Arabie saoudite. Le gouvernement de transition précédent avait été formé le 17 janvier, trois jours après son départ.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International