•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Pétersbourg ne veut plus être un site historique

Une statue de glace à l'éfigie de la Cathérale Kazan, dans le centre de Saint-Pétersbourg.

Une statue de glace à l'éfigie de la Cathérale Kazan, dans le centre de Saint-Pétersbourg.

Photo : AFP / Kirill Kudryavtsev

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mairie de Saint-Pétersbourg demande au gouvernement russe de retirer la ville de la liste des sites historiques nationaux.

Le statut de site historique protège l'ensemble du territoire de cette deuxième plus grande ville du pays, mais l'administration locale, critiquée pour l'approbation de projets immobiliers menaçant son ensemble architectural, veut se défaire de cette protection.

Fondée par Pierre Le Grand, en 1703, Saint-Pétersbourg est l'ancienne capitale impériale de la Russie. Elle est sur la liste du « patrimoine mondial » de l'UNESCO.

En Russie, une quarantaine de villes bénéficient du statut de site historique, qui soumet tout projet de construction à un avis de Rosokhrankoultoura, le service fédéral chargé entre autres de la protection du patrimoine.

Tout le territoire de Saint-Pétersbourg fait partie du site historique, ce que signifie que nous sommes obligés de soumettre tous les projets de la construction à Rosokhrankoultoura, même s'ils se trouvent en dehors des zones historiques protégées.

Une citation de :Elena Bodrova, porte-parole du comité local des biens d'État

L'organisation non gouvernementale « La ville vivante », qui milite pour la défense du patrimoine de Saint-Pétersbourg, s'inquiète du projet de retrait de la mairie. « Cela pourrait être logique, mais dans les conditions locales, quand on construit n'importe quoi n'importe où, cette initiative me parait risquée », estime le militant Dimitri Litvinov.

L'ONG a récemment obtenu la suspension d'un projet de construction d'un gratte-ciel de plus de 400 mètres en plein centre-ville, lancé par le géant gazier Gazprom.

L'UNESCO avait également critiqué le projet, menaçant de placer la ville sur la liste du Patrimoine en péril, première étape avant le retrait de la liste du Patrimoine mondiale.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !