•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nature Québec demande la fermeture du puits

Puits de Leclercville
Puits de Leclercville

La fuite décelée dans un puits de gaz de schiste dans Lotbinière donne de nouvelles munitions aux groupes qui demandent un moratoire dans le dossier.

La compagnie Talisman Énergie travaille depuis plusieurs semaines à réduire les émanations de gaz dans un puits de Leclercville. Lors d'une inspection réalisée l'automne dernier, le ministère des Ressources naturelles a détecté des émanations de gaz supérieures aux normes.

Pierre Bluteau, du Comité de vigilance sur les gaz de schiste de Lotbinière-Bécancour, n'est pas rassuré. « Nous, on perçoit ça comme la première gaffe majeure d'une compagnie gazière sur le territoire du Québec finalement. Quand la compagnie nous dit qu'elle doit même aller fouiller dans leur propre puits horizontal, aller corriger, "refracturer" le béton qui est là et ensuite réinjecter du béton, il y a un problème majeur » , soutient M. Bluteau.

Nature Québec demande pour sa part la fermeture complète du puits. Le directeur général de Nature Québec, Christian Simard, estime que l'incident démontre le manque de réglementation pour encadrer l'industrie, même en phase exploratoire. « Quand il y a une fuite aussi importante que ça, ça démontre clairement de l'aventurisme dans le dossier du gaz de schiste. »

Une coalition d'organismes compte interpeller le gouvernement à ce sujet, vendredi.

La nappe phréatique épargnée, selon Talisman

Selon le porte-parole de Talisman, Stéphane Perreault, l'incident ne poserait aucun danger de contamination de la nappe phréatique, puisque le gaz s'échappe par un évent à l'extérieur. « L'émanation de gaz se fait à l'intérieur du puits, donc entre le coffrage de béton et le tube de production. Ça sort à la tête du puits », fait savoir M. Perreault.

Toutefois, une accumulation de gaz risquait de causer une explosion, indique le porte-parole. « Le danger est surtout pour nos employés sur le site, parce qu'on s'entend que dans le cas de Leclercville, il n'y a pas de résidences à proximité », affirme M. Perreault.

L'intervention consiste à injecter du ciment sous pression dans une portion du puits pour faire diminuer les émanations de gaz.