•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oubliez le globe de cristal

Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est dommage, mais je dois me rendre à l'évidence. Je ne pourrai pas défendre mon globe de cristal en super-G, même si je n'ai raté aucune épreuve dans cette discipline.

J'aurais bien aimé le défendre, mais je n'en faisais pas mon objectif ultime de la saison. Mon satané dos a décidé à ma place. C'est plate, mais les blessures font partie de la vie d'un skieur. Ma priorité, c'est de guérir.

J'ai été trois semaines sans skier, trois semaines de repos à subir des traitements de physiothérapie et d'acupuncture. Lundi, j'ai effectué cinq petits entraînements en super-G. C'était un bon test parce que la piste était assez glacée et bossée. J'ai ressenti encore un peu de douleur, mais ça s'endure.

Si ce n'est pas plus douloureux que ça, je vais participer aux courses de Kitzbühel. C'est certain que la Streif, ce n'est pas la piste idéale pour un retour. Mais pour le moment, je suis optimiste.

Je vais commencer par la descente d'entraînement jeudi. Si je ne me sens pas bien ou si je me retiens à cause de mon dos, je vais prolonger ma période de repos. Après ma descente, je vais m'asseoir avec les entraîneurs et on va analyser ma performance. Toutefois, c'est moi qui vais avoir le dernier mot.

Erik GuayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Erik Guay

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Si je ne skie pas à Kitzbühel, ce sera à Chamonix. Ce n'est pas le plan idéal en vue des Championnats du monde. Mon objectif à Garmisch-Partenkirchen (lieu des mondiaux) demeure le même. Je n'aime pas révéler mes objectifs, je préfère les garder pour moi. Disons qu'en général, aux Championnats du monde, les skieurs visent toujours un podium! Ça vous donne une petite idée.

Pour l'instant, c'est difficile à dire si ma blessure au dos représente un recul pour les mondiaux, dans trois semaines. C'est certain que la blessure ne faisait pas partie des plans, mais c'est après Kitzbühel que je pourrai dire si c'est un recul ou non.

Si je ne peux skier ici, je vais commencer à être dans le trouble. Une chose est certaine, je vais prendre tous les moyens pour être prêt.

C'est quand même frustrant. Je me sentais tellement bien physiquement cette saison. Le pire, c'est que je ne sais pas exactement le quoi et le pourquoi. Ce ne sont pas mes disques comme il y a deux ans. J'ai ressenti une douleur avant ma troisième place à Val Gardena. Mais la douleur a empiré à la suite d'un voyage en avion en Pologne, pour rencontrer des commanditaires. Je suis resté longtemps assis et il faut croire que j'en ai payé le prix.

Ça va de mieux en mieux maintenant. C'est juste frustrant de ne pas avoir la chance de skier. Et puis c'est difficile de voir tes amis courir. Quoiqu'il commence à moins m'en rester côté canadien. Pour une deuxième année de suite, l'équipe est encore touchée par les blessures. C'est drôle à dire, mais ça m'enlève de la pression pour Kitzbühel. Moi aussi, j'étais sur la liste des blessés et je n'ai pas skié depuis trois semaines, donc je ne m'attends pas à des résultats fulgurants.

J'espère seulement qu'ils s'amélioreront tranquillement jusqu'à Garmisch, d'autant plus que mes parents ont l'intention de faire le voyage en Allemagne.

À bientôt.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !