•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Claude Castonguay persiste et signe

Claude Castonguay

Claude Castonguay

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ex-ministre de la Santé dénonce le statu quo proposé par le gouvernement Charest et les « voeux pieux » de l'opposition au sujet de sa proposition d'obliger les travailleurs à épargner pour la retraite.

Dans une lettre publiée par des journaux mercredi, M. Castonguay qualifie de « pitoyable » la réaction des politiciens qui bénéficieront de généreuses pensions.

M. Castonguay propose une forme de REER obligatoire dans un rapport qu'il a signé et qui a été publié la semaine dernière par le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO).

Dans sa lettre ouverte publiée notamment par Le Devoir et La Presse aujourd'hui, Claude Castonguay indique que « chez les 65 ans et plus, un demi-million de Québécois n'ont pas un minimum de revenus pour maintenir leur niveau de vie et sont incapables de se suffire à eux-mêmes ». « Comment peut-on accepter une telle situation dans une société d'abondance comme la nôtre? » demande-t-il.

Claude Castonguay reproche au gouvernement d'avoir réagi trop rapidement.

« [...] dans les heures suivant la publication de mon rapport, les ministres Fournier, Boulet et Normandeau ont réagi, sans réfléchir, et en faisant fi de la longue tradition du Parti libéral du Québec en matière de politique sociale », déplore M. Castonguay.

Claude Castonguay conclut sa lettre sur une note d'espoir : « [...] si le débat en cours suscite des propositions crédibles, ce que je souhaite, je serai le premier à m'en réjouir ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !