•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Suisse gèle les avoirs de Gbagbo et de Ben Ali

Zine El Abidine Ben Ali (G) et Laurent Gbagbo (D)

Zine el-Abidine Ben Ali (G) et Laurent Gbagbo (D)

Photo : AFP / montage AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La présidente de la Suisse, Micheline Calmy-Rey a annoncé mercredi que son pays gèle les éventuels avoirs du président tunisien déchu, Ben Ali, et du président autoproclamé ivoirien, Laurent Gbagbo.

« Par ces mesures, nous désirons éviter tout risque de détournements de ces fonds avant que leur origine soit clairement déterminée », a affirmé la présidente, qui est aussi ministre des Affaires étrangères de la Suisse.

Cette décision s'applique également aux membres de l'entourage de ces deux hommes.

Cette nouvelle sanction vient s'ajouter à d'autres, visant Laurent Gbagbo qui refuse de reconnaître sa défaite à l'élection présidentielle ivoirienne du 28 novembre, alors que l'ensemble de la communauté internationale reconnaît plutôt vainqueur son rival, Alassane Ouattara.

Les avoirs de M. Gbagbo sont déjà gelés aux États-Unis et en Europe.

Pour ce qui est de Ben Ali, la présidente suisse a fait allusion aux allers et retours de son entourage dans son pays. « On sait que les membres de l'entourage de M. Ben Ali, qui détenaient des positions dominantes dans l'économie et la finance, ont fait un certain nombre de voyages en Suisse ces derniers mois », a-t-elle dit.

« Selon notre expérience, on sait que de tels voyages peuvent être utilisés pour des transactions financières et des dépôts d'avoirs dans des établissements bancaires suisses », a-t-elle poursuivi.

La Suisse emboîte le pas à la France qui a annoncé samedi la surveillance des mouvements bancaires suspects liés à Ben Ali et à ses proches. L'organisme français anti-blanchement Tracfin pourrait procéder à des blocages administratifs.

L'ordonnance de gel en Suisse est valable pour trois ans et entre en vigueur immédiatement. Cette annonce survient au moment où la Tunisie annonce une enquête sur des allégations selon lesquelles l'ancien président Ben Ali et des membres de sa famille auraient transféré de l'argent à l'étranger.

Mercredi, des manifestations majeures avaient toujours lieu dans la capitale tunisienne.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !